Âmes Perdues

Forum RPG . Réincarnation, possession, exorcisme, crime...Ouvert à tout-e-s ~

Calendrier du forum

Le mois actuel in rp est Juillet 2016

    Soren

    Partagez
    avatar
    Soren
    Âme Perdue

    Date d'inscription : 10/05/2016
    Force : 2924
    Messages : 16

    Carte d'identité
    Nature: Parasite

    Soren

    Message par Soren le Mer 31 Aoû - 18:19

    Exclamation ATTENTION: violence / mort

    - Le personnage -

    . Nom et prénoms de votre personnage : Soren
    . Âge : 19 ans lors de son réveil
    . Pays où il a vécu : Danemark
    . Langue parlée  : Danois, anglais
    . Description physique :
    Avant de disparaître de ce monde et d’atterrir dans un corps qui n'est pas le sien, Soren était un jeune homme d'1m77, arborant fièrement ces origines danoises de par ces yeux d'un bleu océan et ces cheveux blonds constamment en bataille. Plutôt bien bâti sans pour autant arborer une musculature à la rambo, Soren n'est pas si mal et en est bien conscient.
    Il affiche souvent un grand sourire colgate
    Sinon niveau vestimentaire, Soren opte généralement pour ce qui ne risque pas de gratter et ce qui est confortable. Il a aussi un petit faible pour les chemises.
    . Caractère :
    - gamin / insouciant / tête en l'air / moqueur / fier / courageux uniquement quand on le met devant le fait accomplit
    - Joyeux / protecteur / fidèle / gentil / ouvert d'esprit / blagueur

    . Son histoire - C'est le Parasite qui m'intéresse...

    Moi, c'est Soren. Beau Danois de 19 ans, célibataire et je le resterai sûrement à jamais puisque... Je suis mort.
    Ouai, c'est pas bien joyeux dit comme ça mais ça n'a pas toujours été ainsi !

    D'aussi loin que je me souvienne, mes parents m'ont toujours dit que j'étais un enfant plutôt turbulent et malicieux.
    Il faut dire que j'en faisais des bêtises ! Entre chasser les poules de ma pauvre grand-mère au point qu'elles ne pondent plus, traumatisées; parsemer mes précieux légos à des endroits stratégiques de la maison avant de me coucher afin de déterminer qui criait le plus fort en marchant dessus pour rejoindre les toilettes la nuit (papa gagnait tout le temps); ou encore repeindre le chien à coup de feutres parce que, vous comprenez "il est triste, tout blanc comme ça".

    Mais pour moi, c'était le bon temps ! On avait beau me dire que je n'étais pas du genre sage et obéissant, moi au moins je croquais la vie à pleine dent et n'avais pas peur d'expérimenter de nouvelles choses !

    C'était aussi sans compter sur la présence de mon meilleur ami mais aussi voisin : Aaron.
    Inséparable depuis la maternelle, on était surnommés dans le quartier les "klump", ou tout simplement "grumeaux", voir parfois les "siamois".
    Notre rencontre, peu atypique, s'est faite sur le banc des punis. Et depuis, on ne s'est jamais quitté ! Il faut dire qu'on n'avait pas vraiment de raison pour. Et même si les années défilaient, nous, nous ne changions pas.
    Eternels gamins farceurs qui n'en faisaient qu'à leur tête, nous passions notre temps à impressionner les minettes tout en prévoyant un futur "mauvais coup".

    De belles années dont je pensais qui ne s'arrêteraient jamais.
    Du moins, c'est ce dont j'étais intimement persuadé. Mais évidemment, rien ne va jamais comme on l'espère, je crois que tout le monde le sais déjà.
    Moi par contre, je semblait l'ignorer. Tout comme le reste.
    Complètement incapable de voir la détresse de mon meilleur ami, lui qui souffrait en silence, qui ne disait rien en public, qui forçait un sourire pour ne pas éveiller les soupçons. Et moi, celui qui avait partagé presque toute sa vie, je n'avais rien vu.

    Pourtant, ce n'était pas faute de m'avoir envoyé moult signaux. Discrets, certes, mais nombreux. Des tentatives de rapprochement pour se faire épauler, quelques mots qui semblent bien anodins dans une phrase mais qui font tellement sens hors contexte.
    J'ai été complètement aveugle. Et la réalité me sauta en plein visage lorsqu'en m'invitant le plus normalement chez lui, j'assista à sa tentative de suicide. Je me rappelle maintenant avoir lu une étude comme quoi les femmes préféraient se donner la mort de façon non violente, du genre médicaments; tandis que la pendaison était le plus utilisé par les hommes.
    Il semblerait bien qu'il y ait un peu de vrai dans tout ça.

    Dans tout les cas, voir Aaron pendu de cette manière, gigotant encore, triste réflexe du corps humain suite à une pression autour du cou, les yeux écarquillées, sûrement de surprise de me voir ainsi en face de lui à un moment pareil, me glaça le sang.
    Je revois encore la scène comme si elle s'était passée hier. Moi, incapable de bouger. Et Aaron, luttant pour sa vie grâce au peu d'instinct de survit qu'il lui restait.
    Mon esprit avait beau avoir analysé la situation depuis le départ, ma conscience avait beau hurler à plein poumons, je ne pu bouger durant de longues secondes. Secondes précieuses qui engendrèrent les pires conséquences possibles.

    J'avais beau avoir fini par réagir, le faire sortir de là, avoir appelé les secours et tenté au mieux de le sauver, je ne pu le garder auprès de nous tous. Il avait finit dans le coma. Un long et interminable sommeil qui dura trois ans. Trois longues années ou les gens me regardaient comme un presque héro de l'avoir sauvé. Mais s'ils savaient. S'il savaient tous qu'en fait, c'était moi son tueur. Moi qui n'avait rien fait, alors que j'aurai pu le sauver; qu'il pourrait être à cet instant même à nos côtés en train de sourire et de dire d'un air léger que ce n'était qu'une erreur, une expérience un peu risquée.
    Mais non. Au lieu de ça, il était allongé dans ce lit d'hôpital, des tuyaux entrant et sortant de toute part de son corps, le maintenant avec peine en vie. Si l'on pouvait appeler ça une vie.

    On pourrait ce dire que ma vie ne pouvait être pire n'est-ce pas ? Et bien.. C'est bien mal la connaître, cette chienne de vie.
    Ma chute aux enfers commença quand ils finirent par le débrancher. J'avais 21 ans.
    Tout ces fils qui avaient maintenus le corps d'Aaron en vie, je me demande maintenant s'il ne me gardaient pas en bonne santé aussi.
    Je ne mangeais plus, ne dormais plus, ne vivait plus.
    Je me laissais lentement mourir, maintenant que "ma moitié" venait de partir.
    C'est vrai après tout, à quoi bon persister quand on a plus aucune raison de sa battre.

    L'ironie du sort eu raison de moi aussi et m'emporta, lentement, un voile noir m'enveloppant. Je dois avouer que c'était un sacré soulagement pour moi dans un sens ! Du moins, c'est ce que je croyais...


    - la joueuse -

    . Votre rythme de RP (minimum une fois tous les deux mois, sauf absence signalée) : Une fois par semaine minimum
    . La couleur que vous utilisez pour faire parler votre personnage ( le numéro / nom exact que vous mettez dans la balise ) : Jaune, #ff9900
    . Votre avatar : Lucas Till, il vient de google image
    . Êtes vous majeure ? Majeure, vaccinée et toutes ses dents !


    TEST : http://littlelostsouls.forumactif.org/t41-test-soren?nid=6#187
    avatar
    Armageddon
    Maître du Monde
    Maître du Monde

    Date d'inscription : 24/04/2015
    Force : 504832
    Messages : 26
    Localisation : Partout

    Carte d'identité
    Nature: Chat

    Re: Soren

    Message par Armageddon le Mar 6 Sep - 13:02



    Meow.

    Alors te voilà en route ? Bonne chance avec Clarence, il n'est pas très sympa en ce moment.

    Fiche validée, RP test effectué avec grand succès !

    Meow.

      La date/heure actuelle est Lun 11 Déc - 14:22