Forum RPG ◊ Réincarnassion ¬ Possession ¬ Exorcisme
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Calendrier du forum
Le mois actuel in rp est Juillet 2016

Partagez | 
 

 [Elsa x Anne] Rien ne sert de courir, il faut partir à point

Aller en bas 
AuteurMessage
Elsa Lefèvre
Âme Perdue
avatar

Date d'inscription : 28/04/2015
Âge IRL : 21
Messages : 16
Localisation IRL : France

Carte d'identité
Nature: Âme Perdue
Âge:
Profession: Sans emplois

MessageSujet: [Elsa x Anne] Rien ne sert de courir, il faut partir à point   Lun 19 Mar - 14:07


Rien ne sert de courir, il faut partir à point
Le jour se levait et elle n’avait pas fermé l’œil. Elsa se sentait fébrile. Elle patientait devant les portes austères d’une bibliothèque, les doigts rougis par le froid de la nuit qu’elle avait passé dehors. Elle avait pensé à prendre une chambre d’hôtel, mais elle ne savait pas où aller, et de toute façon elle avait bien trop de choses en tête. Elle avait marché un moment, puis elle avait fini par voir le soleil poindre à l’horizon, alors elle n’avait pas cherché plus. Maintenant, elle commençait une nouvelle journée, qui, elle le sentait, serait décisive. Et très longue. Mais elle assumerait ; après tout ce n’était pas la première fois qu’elle enchainerait quarante-huit heures sans sommeil ! Et puis ce n’était pas tout à fait exact puisqu’elle s’était assoupie chez Anne. D’ailleurs, elle n’avait pas encore répondu au message que lui avait envoyé la jeune fille la veille, surement avant de se coucher. Elle avait voulu attendre d’être certaine de savoir quoi faire pour ça, histoire de ne pas lui faire perdre son temps. Glissant sa main dans le fouillis de son sac, elle en tira son téléphone, sur lequel elle se mit rapidement à pianoter un message.

Suis à la bibliothèque. Besoins de faire des recherches, tu me rejoins ?

Elle hésita à peine une seconde avant de presser le bouton « envoyer ». Elle se doutait que la jeune fille aurait surement des choses de prévu dans sa journée, mais après tout elle-même n’était pas pressée. Alors elle pourrait bien attendre, faire des recherches dans son coin et voir venir.

« Tu sais, cette fille a peut-être plus besoin de nous que moi. »

La voix d’Alaric fit presque sursauter la blonde tant il s’était tut longtemps. Il n’avait presque rien dit de la nuit, et à peine fait remarquer sa présence. Juste assez pour qu’Elsa ne se sente pas seule. La jeune femme croisa les bras, et planta son regard dans son reflet sur la porte vitrée du bâtiment. Alaric lui renvoyait un regard gêné.

« Ric, on a besoin d’aide, nous aussi. Moi, en tout cas. Tu… »

Elle stoppa sa phrase, mais ses pensées avaient déjà couru à celles de son parasite qui soupira longuement, désormais semblant infiniment triste.

« Je sais Elsa, je ne veux pas prendre ta place. Je veux te rendre ta vie, je te le jure. »

La jeune femme sentit sa gorge se nouer. Elle ne voulait pas chasser Alaric, mais elle ne comptait pas non plus se laisser mourir. Il représentait trois années de sa vie. C’est un couple après tout ce temps, qu’on le veuille ou non ! Ce genre de relation ambiguë, ça entrainait toujours des histoires de cœur. Et on finissait immanquablement par souffrir. Quelque chose dans l’esprit d’Alaric s’entortilla puis disparu.

« Qu’est-ce que c’était ? »

Il sembla gêné, et refusa de répondre, un peu trop vivement. Il souffla que ce n’était rien, et qu’il ne voulait pas en dire plus. Elle n’insista pas. Dans sa main, son téléphone vibra. Elle le regarda immédiatement, pensant y trouver la réponse d’Anne. Mais c’était seulement sa collègue de travail qui prenait des nouvelles. C’était vrai qu’elle avait quitté le gîte un peu précipitamment. Et de façon répétée ces derniers temps, elle qui ne partait jamais en vacances. Mais du coup, elle pouvait se le permettre. Elle pouvait cumuler presque un an de congés payés. Et puis sa patronne était compréhensive. Elle demandait comment se passait son repos – Elsa avait inventé une sordide histoire familiale pour justifier son départ, un suicide d’une personne proche, ce qui, en soit, n’était pas forcément un mensonge. Alaric se racla la gorge.

« Tu sais Elsa, la dame va se demander ce que tu fais, à rester planter devant la porte. »

Ah oui. La bibliothèque avait ouvert, et la blonde n’y avait même pas fait attention. Une vieille rombière en robe fleurie la fixait d’un œil suspicieux depuis derrière son comptoir, près des portes vitrées.  Affichant un sourire désolé, Elsa s’avança à l’intérieur du bâtiment, et s’approcha de la femme.

« Bonjour. » elle grinça d’une voix aussi aimable que son attitude.

« Bonjour, » répondit Elsa, « je viens faire des recherches sur… des évènements. J’ai vu sur internet que vous aviez des archives concernant la ville… »

La vieille se détendit et leva un sourcil, intriguée, tout en farfouillant à tâtons son bureau pour chercher son trousseau de clefs.

« C’est bien vrai, oui. Mais la mairie pourrait sans doute mieux vous renseigner. »

« Je sais, je me doute. Je préfère quand même regarder ici. » Elsa hocha la tête.

Sans insister plus lourdement – après tout ces archives étaient ouvertes au public, elle n’avait rien à dire à ce sujet-là – la bonne femme traina l’Âme Perdue au travers des rayonnages, jusqu’à une immense armoire qu’elle déverrouilla d’un tour de clef. Elle demanda si elle pouvait encore aider, peut-être à chercher une année en particulier, mais la blonde refusa poliment, et posa son sac sur la table adjacente. La vieille déçue de ne pas pouvoir en apprendre plus se retira un peu trop lentement au goût d’Elsa, qui se forçait à garder une position neutre devant les cartons d’archives, faisant mine de chercher quelque chose.

« On y est, Elsa ! » s’enthousiasma Alaric dans le fond de sa tête, lui tirant un petit sourire.

Toujours serré dans sa main, son téléphone vibra à nouveau.
C’était Anne.
Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Elsa Lefèvre le Lun 26 Mar - 16:42, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Elsa x Anne] Rien ne sert de courir, il faut partir à point
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Rien ne sert de courir, il faut partir à point." Hum!
» Rien ne sert de courir ; il faut partir à point. [Seth & Eden]
» Rien ne sert de courir...
» Face à l'immensité de givre, rien ne sert de frissonner
» Rien ne sert de panser, immortelle est la plaie [Jorsène]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Âmes Perdues  :: RP :: Europe :: France :: Rennes-
Sauter vers: