Âmes Perdues

Forum RPG . Réincarnation, possession, exorcisme, crime...Ouvert à tout-e-s ~

Calendrier du forum

Le mois actuel in rp est Juillet 2016

    [Test] Les Jumeaux

    Partagez
    avatar
    Les Jumeaux

    Date d'inscription : 01/03/2017
    Force : 865
    Messages : 6

    [Test] Les Jumeaux

    Message par Les Jumeaux le Mer 15 Mar - 16:05

    Nom de vos personnages = Abigaël et Alexander Da Silva.
    Age = 25 ans
    Pays vécu = Au grés de leurs aventures.
    Langue parlée = Français, espagnol, Cantonnais, Anglais, Latin.

    Description physique =

    Si on pouvait les décrire, il faudrait d’abord commencer par leurs points communs. Cheveux bruns, yeux bleus, un mètre soixante-quinze de haut avec un visage aquilin marqué par de légères imperfections. Pratiquant les sports de combat, leurs musculatures montrent des corps en pleine forme, mais marqués par des cicatrices et brulures récoltées lors de leurs affaires. Et quand l’un est aussi musclé qu’un commando des forces spéciales, l’autre dispose d’un corps de gymnaste, fin et élancé.  Car les jumeaux Da-Silva, même s’ils se ressemblent, sont des faux jumeaux.

    Abigaël a des longs cheveux bruns descendant jusqu’au milieux de son dos, qu’elle rassemble généralement dans un chignon. Son visage est souvent joyeux, sauf quand elle trouve une Âme Perdue. Une veste en cuir sur un T-shirt rouge et un jean bleu est généralement la tenue qu’elle choisit, même si elle dispose d’un vaste stock de tenues pour se perdre dans la foule. Gâtée par dame nature, elle attire malheureusement souvent le regard de la gente masculine dès qu’elle commence à mettre des tenues plus au corps, ce qu’elle regrette toujours, avec ce corps non adapté à ce qu’elle fait.

    Alexander lui choisit de couper ses cheveux très courts, juste au niveau de l’oreille.  Son visage est généralement peu expressif, souvent dans une mimique pensive, comme s’il se remettait souvent en question. Sa tenue de préférence est un jean noir avec une chemise blanche et une veste noire, mais il porte avec facilité n’importe quelle tenue. Chacun de ses muscles sont travaillés avec soin pour être le plus efficace possible, qu’il considère comme des outils à son service.


    Psychologie.

    Abigaël = Joyeuse, précise, stratège, intelligente, perfectionniste, protectrice, tête froide, actrice née.
    Gourmande, gamine (Parfois).

    Alexander = Silencieux, travailleur, imaginatif, Sang-froid, protecteur. Très accès sur les bonne manières.

    Histoire =

    La vengeance est un carburant puissant. Elle brule plus longtemps que l’amour, plus longtemps que la rage. Et pousse à la haine. Ce fut ainsi que le destin des jumeaux bascula. Un simple weekend en famille…

    Il n’était pas comme ça avant. Alexander était un jeune homme tout le temps joyeux et souriant, adorant discuter avec les gens de son âge, alors qu’Abigaël était beaucoup plus timide, passant son temps à lire des livres pour découvrir le monde. Même si leurs parents tentaient toujours de les faires évoluer parfois seuls afin qu’ils ne soient pas dépendant les uns des autres, les deux jumeaux passaient beaucoup de temps ensemble, que ce soit lors d’activités ou dans les bêtises communes.
    Leur activité favorite était de jouer aux échecs, ou seule la réflexion avait un impact pour les départager.

    Le jour fatidique, ils étaient en train de disputer la cent vingtième partie, quand du bruit vint les tirer de leurs intense réflexion. Ouvrant la porte de leur chambre, ils ne purent qu’assister à la scène, et les deux enfants virent leurs deux parents tomber par la fenêtre du troisième étage, s’écrasant sur la voiture familiale dans un craquement sonore et le hurlement de l’alarme du véhicule, alors qu’ils passaient la tête en dehors de leur chambre.

    Tout s’était passé très vite, trop vite, et il leur fallut de longues secondes avant de réagir.

    Abigaël pleura pendant des jours, alors qu'Alexander resta silencieux. Il se sentait responsable, responsable de sa sœur, mais aussi de la mort de ses parents.

    Lors de l’enterrement, un oncle de la famille nommé Michael vint leurs parler. Il leur annonça qu’il connaissait la vérité derrière la crise de folie de leur mère, et qu’il en existait des dizaines d’autres en sommeil, attendant de se réveiller. Et qu’ils disposaient d’un don pour éviter que leur situation n'arrive à quelqu’un d’autre.

    Un don pour éviter la même situation…

    Alexander parla longtemps avec sa sœur. Longtemps. Comme à leur habitude ils partageaient leurs impressions, mais là, il s’agissait surtout de la calmer, la rassurer. Abigaël ne savait plus où était sa place ayant brutalement perdu ses figures parentales. Elle était perdue, sans objectif ou sans idéal pour elle. Et Alexander lui promit de lui redonner sa raison d’être.

    Ils partirent donc pour la Russie à la suite de leur oncle. Sur place, ils suivirent un entrainement pendant trois ans, à la fois physique et mental. Ils subirent tout un entrainement pour survivre dans cette époque ou l’information passe en un éclair. Ce fut un véritable changement pour les deux jumeaux.

    Abigaël devint une jeune femme intelligente et déterminée, assumant entièrement sa féminité et capable de jouer n’importe quel rôle. Disposant d’une excellente vision et d’une capacité de représentation dans l’espace très bonne, elle s’avéra être une excellente tireuse à longue portée ainsi qu’une bonne analyste de terrain. Cependant, elle fut aussi formée au combat au corps à corps, ainsi qu’à la conduite de véhicules divers allant jusqu’à l’hélicoptère.

    Alexander devint un homme plus silencieux. La pression qu’il se mettait pour être un exemple pour sa sœur fut son carburant pendant tous son entrainement, et il changea drastiquement. Gagnant plus de muscle, il s’avéra être un excellent combattant à l’arme blanche et au corps à corps, ainsi qu’un expert dans la fabrication d’explosifs artisanaux. Son domaine de maitrise comprenait aussi les armes à feu, les poisons, mais aussi la conduite de plusieurs véhicules roulants. Il se mit aussi à la religion et devient un fervent croyant de la religion chrétienne.

    Ce fut une fois ces connaissances ingérées, ainsi que les outils nécessaires à leur survie appris, que les Jumeaux furent désormais capable de traquer les aberrations connues sous le nom d’Âmes Perdues.

    Leur premier meurtre fut à l’âge de 22 ans. Janette Hunter était une texane vivant à Houston. Elle ne s’attendait pas à se faire enlever chez elle, torturée afin d’infliger un maximum de peine puis tuée, abandonnée dans une rivière à des kilomètres de chez elle. Et tout ça, sans aucune trace.
    Ce premier meurtre n’eut pas d’impact sur eux. Après la dureté de la vie qu’ils avaient menée depuis trois ans, ce meurtre n’apparaissait pas comme une finalité après trois ans de préparation, mais plus comme une étape nécessaire. Il fallait nettoyer l’existence de ces âmes perdues, afin que personne ne subisse l’horreur de leurs existence…

    Personne n’aurait à subir les mêmes horreurs qu’eux avaient subi.

    Pendant les trois années qui suivirent, les jumeaux voyagèrent partout dans le monde, traquant et tuant des âmes perdues placées dans tous les niveaux de la société. Ils fréquentèrent le côté obscur de la société, vendant leurs services quand cela s’avérait nécessaire pour gagner de l’argent, mais leur principale activité était la chasse aux âmes perdues. Et cela étonnait beaucoup lorsque on les rencontrait. Qui s’attendait à ce que les jumeaux réputés pour tuer pour le plaisir était des jeunes gens de 25 ans ?


    PS = Cela se déroule avant l’annonce de l’existence des exorcistes au monde.

    Capacités des jumeaux =

    Abigaël = Abigaël dispose de ce qu’on peut appeler une sorte de « Don de prescience ». Lorsqu’une Âme Perdue se situe à moins de 500 mètres d’elle, elle ressent un mal de crâne lui permettant de repérer sa cible. Plus elle se rapproche, plus le mal de crâne est fort. Dès qu’elle a un contact visuel, elle peut prévoir la trajectoire de sa cible sur quelques mètres.
    Alexander = Alexander peut masquer sa présence et celle de sa sœur (si elle reste en contact physique avec lui). Aucune Âme Perdue n’arrive à ressentir sa présence, même à moins de 2 centimètres, mais il peut la relâcher pour se faire remarquer dans un rayon de 30 mètres, laissant couler une impression de froid à toutes les Âmes Perdues des environs.

    - Le joueur ou la joueuse -
    . Votre rythme de RP : variable, si besoin de moi sonner la fin du monde.
    . La couleur que vous utilisez pour faire parler votre personnage : #00ccff pour Abigael et #0033ff pour Alexander
    . Votre avatar : Compliqué, le Chat est au courant Very Happy
    . Êtes vous mineur·e ou majeur·e ? Majeur

    . Un petit mot ? = Miaou
    avatar
    Le Père des Exorcistes
    Admin
    Admin

    Date d'inscription : 24/04/2015
    Force : 54283
    Age : 20
    Messages : 39
    Localisation : Russie

    Carte d'identité
    Nature:

    Re: [Test] Les Jumeaux

    Message par Le Père des Exorcistes le Lun 20 Mar - 12:27



    Juillet 2016. Tout le monde sait maintenant.

    A Ibiza, on ne dort jamais. Moi je ne dors pas, en tout cas. La fête, la drogue, la danse. C'est un monde décadent, la meilleure des cachettes. Et puis je peux jouer, les gens ne font pas vraiment attention.

    Elias m'a renvoyée pour quelques jours. J'ai eu du mal à avaler ses explications sur Yellow Stone. Je connaissais du monde là-bas, j'y ai passé une partie de ma formation. Ce n'était pas juste. Après tout, connus ou pas, qu'est-ce que ça change ? De toute manière, on bosse pour les gouvernements des plus grosses puissances mondiales, alors qu'est-ce qu'on risque ? Finalement, tout ce qu'il voulait, c'était faire son intéressant. J'avais besoin d'air.

    Ibiza. Le camp qui m'a vu naître se cache quelque part dans un building. Je suis dans mon élément ici.

    Un type me bouscule. Je jette un regard par dessus mon épaule. Non, il n'y a rien... J'ai cru pourtant. Je soupire. Qu'est-ce que tu attends, Max ? Ils disaient dix-huit heure. Ça commence à faire pas mal de retard quand même. Il est presque vingt-trois heure... Enfin, le mot était assez énigmatique.




    Cible à contacter sur place, soit disant. Ben je cherche toujours. Evidemment, il ne pouvait pas juste me donner des vacances. Le Père avait prévu de quoi m'occuper depuis longtemps, je suis sûre. Après tout, il fait toujours ça. Des jumeaux, c'est ça que je cherche. Sans autres infos. Tout ce que je sais c'est qu'ils n'ont pas réussi à mettre la main dessus, ceux du bureau principal. Alors ils ont pensé que de se servir de moi comme appât, ça pouvait être bien. J'aurais aimé donner mon avis avant qu'ils n'engagent deux super-tueurs pour m'éliminer, même pour de faux. Et puis j'ai pas forcément envie de tout faire cramer ici... J'avale la dernière gorgée d'eau dans mon verre.

    - C'est vous ?

    Je tourne la tête. Il y a une très jolie fille, juste à côté. Mais elle fixe les bouteilles, ce n'est pas elle qui m'a parlé. Je crois. Une autre fille à côté, en robe bleue.

    - Oui, je t'attendais !

    Un homme a répondu, ce n'était pas pour moi. Je soupire. Tourne la tête de l'autre côté.

    - Oh mon dieu !, je sursaute.

    Un type large comme un frigo vient de littéralement apparaitre à côté de moi. D'accord, c'est pas possible. Mais je ne l'ai pas vu arriver en tout cas. Il me regarde bizarrement.

    - Pardon, vous m'avez... J'ai eu peur. Laissez tomber.

    Soupire, bois une gorgée... De rien. Mon verre est vide, j'avais oublié.
    avatar
    Les Jumeaux

    Date d'inscription : 01/03/2017
    Force : 865
    Messages : 6

    Re: [Test] Les Jumeaux

    Message par Les Jumeaux le Lun 20 Mar - 15:41

    « Voulez-vous un autre verre ? »

    Alexander resta immobile face à la jeune femme, un plateau tenant dans sa main droite sans trembler. S’il avait appris une chose, c’était de ne jamais donner de signe de vie. Rester une ombre intangible, perdue dans la foule. S’il avait choisi cet endroit, c’était car les jumeaux pouvaient se perdre dans la foule. Lui avait remplacé un serveur, elle était perdue dans la foule de jeune gens qui profitaient de la soirée, dans son élément. Il était trop calme, trop prudent, trop détaché pour profiter pouvoir danser dans cette pièce sans passé inaperçue…

    Le jeune homme récupéra la commande avant de se diriger en direction du bar. Avec souplesse, il passa rapidement dans l’espace réservé au staff avant d’attraper un verre.

    Ibiza était la citée de la fête et de la joie, et même si sa sœur s’amusait malgré tout, ils n’étaient pas là pour profiter de la nuit mais bien pour travailler. Aujourd’hui, ce n’était pas une âme perdue qu’ils chassaient mais bien une personne humaine. Il fallait bien trouver un moyen pour vivre après tout…

    D’un geste agile, Alexander attrapa le shaker avant de le remplir de manière experte. Quelque chose… Etait étrange…. Toute les informations qu’on leurs avaient donnés avait été correcte, l’heure d’arrivée, le lieu, la taille et le visage de la jeune femme… et cela faisait cinq heures que la jeune femme attendait seule…

    Etait-ce une embuscade ?

    C’était probable… Mais peu possible…

    « Donne-moi deux minutes et on y va… »

    Sa voix résonna dans un micro couleur chair collé sur son coup avant d’aller résonner dans l’oreille d’une autre personne. Il n’avait pas besoin que Abigaël ne réponde. Quelques mouvements pour finir la commande et il glissa discrètement une petite pilule qui se dissolve dans le liquide vert qui pétillait. Il était temps d’obtenir des réponses…
     
    « Voici votre boisson mademoiselle. »

    Alexander glissa la boisson devant la jeune femme avant de disparaitre de nouveau dans la foule. Il n’avait pas l’intention de l’empoissonner… Ce genre de méthode placerait toute les personnes présentes comme potentiel suspect, sans leurs laisser la possibilité de pouvoir disparaitre.

    Non… Ce qu’il avait mis était une drogue spécialement prévue pour ce genre de mission…

    Le petit produit réduisait la volonté de la cible, rendant plus facilement possible l’acceptation de suggestions extérieur, mais il s’agissait aussi d’un excitant sexuel. Certains l’appelaient la drogue du violeur, mais les jumeaux n’avaient pas l’intention de l’utiliser cette manière. Ils avaient le poisson, ils avaient l’hameçon, il ne manquait plus que l’amorce.

    L’amorce pris la forme d’une blonde vêtue d’une robe rouge moulante, s’asseyant à côté de la jeune femme quelques minutes plus tard.

    « Excusez-moi… Je… Pourrait vous demandez un peu d’aide… ? »

    Sa voix était légèrement tremblante et même si elle semblait donner l’impression qu’elle était en forme, on pouvait sentir qu’elle n’était pas dans son assiette.

    « J’ai une chambre à l’hôtel à coté et… J’ai peur de demandé aux hommes à proximités… Est-ce que cela ne vous dérangerait pas si vous … Pourriez me donnez un coup de main pour retourner à ma chambre … ?  … Vous sembliez être seule… Du coup… »

    Elle s’appuya légèrement sur la table afin de reprendre son souffle, comme si elle venait de faire un effort intense, attirant le regard des hommes alentours sur son décolleté. Une chose était sur… Si elle restait ici encore quelques minutes… Elle se ferrait dévorée comme une brebis donnée aux lions. 
    avatar
    Le Père des Exorcistes
    Admin
    Admin

    Date d'inscription : 24/04/2015
    Force : 54283
    Age : 20
    Messages : 39
    Localisation : Russie

    Carte d'identité
    Nature:

    Re: [Test] Les Jumeaux

    Message par Le Père des Exorcistes le Ven 24 Mar - 12:10


    Je fixe mon verre d'un air pensif. Je ne sais pas trop ce qu'il m'a prit de prendre ça... Je n'aime pas l'alcool, je n'ai jamais aimé ça.

    Vous sembliez être seule, alors...

    Oui. Elle a raison... J'en ai un peu marre d'attendre. Elias n'a qu'a avoir des agents plus compétents, tant pis pour lui. Je reporte mon attention sur la fille en rouge. Elle a vraiment l'air désespérée. Mais y a quand même un truc qui cloche. Elle a l'air forte, cette fille. Elle a le corps qu'on a après être passé entre les mains des entraineurs des camps. Une idée saugrenue se tisse dans mon esprit. C'est trop évident, non ? Je soupire. Je suis peut-être parano. Ou juste très douée. Aussi. Quoi qu'il en soit, je m'ennuie, et je n'ai rien de mieux a faire. Sans vraiment y penser, j'avale le cocktail tout rond. Il y a un goût âpre dans ma bouche, puis la brûlure de l'alcool dans ma gorge. L'étau se resserre.

    - Pas de soucis. Je t'emmène. Appelle moi Max.

    Je force un sourire. Elle semble soulagée et attrape mon bras. Je fronce les sourcils. Il y a comme une boule dans ma gorge. Pourquoi je stresse comme ça ? On sort du bar. Le temps de passer la porte, toute inquiétude s'est envolée.

    L'hôtel de la fille n'était pas si loin. Elle m'a rapidement convaincue de monter avec elle pour "boire un dernier verre". Après tout, ça ferait ma soirée. Je suis extatique. Sans vraie raison, peut-être seulement sa présence ? On a prit l'ascenseur, je ne la quitte pas des yeux.

    - Vous ne m'avez pas dit, qu'est-ce que vous faisiez toute seule là-bas ? Personne ne vous a dit qu'Ibiza n'étais pas le meilleur endroit pour être une fille seule en robe sexy ?

    Je crois qu'elle sourit. Elle a un air... amusé ? Les portes s'ouvrent sur un couloir un peu trop sombre à mon goût. Mais n'y prêtant pas attention, je lui emboîte le pas. Boum, boum. Mon coeur sursaute. J'ai comme l'impression de prendre un violent coup sur la nuque. Je m'arrête, et m'accoude à un mur, respirant faiblement.

    - Euh... Pardon, je...

    Je soupire. Mon ventre gronde dangereusement. Je secoue la tête.

    - Je ne me sens pas ...

    Avant de finir ma phrase, je croise le regard de la fille. Son expression me glace le sang. Mais qu'ai-je fait ?
    avatar
    Les Jumeaux

    Date d'inscription : 01/03/2017
    Force : 865
    Messages : 6

    Re: [Test] Les Jumeaux

    Message par Les Jumeaux le Lun 24 Avr - 14:34

    Le produit faisait effet. Lentement, silencieusement, il imprégnait le corps de sa cible, l’emmenant dans un état second. Même si elle était encore en état de voir le genre de détails qui pourrait lui sauver sa vie, elle ne pourrait pas voir la silhouette qui se déplaçait en silence dans la foule.

    Cette même silhouette qui entra dans l’hôtel au moment où les portes se refermaient.

    Cette même silhouette qui attendait tranquillement dans l’angle du couloir.

    Abigaël savait parfaitement jouer son rôle. Légèrement frivole, légèrement amusée, sans vraiment faire de vague, tout en gardant cette… proximité…

    Lorsque la cible lui avait demandé ce qu’elle faisait ici, elle lui avait répondue qu’elle voulait aller faire la fête avec ses amis mais qu’elle commençait à se sentir nauséeuse…
    Aucun faux geste, aucune fausse émotion. Et prendre de plus autant appuis sur la jeune femme.

    Le produit entra dans sa phase finale au moment où Abigaël arriva dans le couloir menant à la porte de sa chambre.

    La cible tomba sur un genou, alors que tous ses sens étaient brutalement surstimulées, elle avait chaud… Très chaud…

    Brutalement, Abigaël attrapa Max par les épaules, avant de la plaquée contre le mur, l’embrassant avec passion.

    D’abord surprise, puis hésitante, Abigaël pu sentir la passion qui dévorait Max à travers le contact qu’elle avait avec ses lèvres.

    D’un geste précis et expert, la jeune femme en rouge posa l’une de ses mains sur la hanche de sa cible avant de la faire pivotée, glissant le pass de sa chambre dans la serrure d’un geste expert avec sa main gauche.

    Encore quelques pas et la porte se refermera derrière les deux jeunes femmes, enfermant Max dans les griffes des jumeaux…

    Rapidement, les boutons de la veste de Max sautèrent alors que Abigaël colla la jeune femme contre la porte fermée de la salle de bain, sa main droite remontant le long du corps de Max Les rôles changèrent brutalement, et désormais, c’était Max qui menait la danse. Abigaël n’était plus qu’une petite chose inoffensive dont la robe glissa au sol, alors que les deux jeunes femmes arrivèrent dans la chambre.

    Le t-shirt de Max vola, alors que Abigaël choisit de reprendre la main, reprenant le contact avec les lèvres de Max. L’agrafe sauta en un instant, alors que l’assassin poussa Max sur le lit.

    Avec un geste mesuré, la brune dégrafa son soutient gorge, avant de s’avancer précieusement vers Max, montant sur le lit.  Lentement, elle partit du bas de sa jambe, baisant* la peau blanche qui frissonna au passage, remontant vers le haut de son corps de manière à se retrouver sur elle.

    Pendant un instant, les deux femmes restèrent ainsi, haletante, alors que chacun pouvait voir la passion de l’autre briller dans les yeux.

    Mais brutalement, une silhouette se dessina dans l’ombre derrière Abigaël. Grande, menaçante, celle-ci assena un coup de batte à Max, l’assommant sur le coup.
     
    **********************************************************************************


    Il se passa un temps. Désormais, la scène n’était plus là même dans cette chambre d’hôtel si chaude auparavant. Les rideaux avaient été tirés, les lumières avaient été éteintes. Et la porte de la salle de bain était ouverte.

    Rien ne bougeait à part la petite lampe qui éclairait la pièce, révélant deux silhouettes assises dans l’ombre, immobile.

    A gauche, il y avait la silhouette de Alexander, à droite, celle de Abigaël, habillée de nouveau d’une tenue noir, pareil que son frère. Ils attendaient que la drogue cesse de faire effet afin que la jeune femme se réveille l’esprit clair… Max avait été attachée au lit, chacun de ses membres immobilisés par des cordages aux quatre coins du lit.

    « Helloooo ! J’espère que tu as apprécier cette petite entrée… puisque maintenant… On va attaquer le plat principal… »

    Lentement, Alexander se leva de sa chaise avant d’attraper une longue pince dans un sac à côté de lui.

    « La personne qui m’accompagne est gentille quand on lui donne des réponses sans mentir, mais je te conseillerais de ne pas faire le contraire… Si tu es gentille il ne te ferra pas trop mal, et peut être que je t’offrirais une petite récompense si tu es sage… » annonça Abigaël avec un petit rire.

     Mais brutalement, son regard malicieux se refroidit.

    « Qui t’a engagé ? Combien et pourquoi ? »
    avatar
    Le Père des Exorcistes
    Admin
    Admin

    Date d'inscription : 24/04/2015
    Force : 54283
    Age : 20
    Messages : 39
    Localisation : Russie

    Carte d'identité
    Nature:

    Re: [Test] Les Jumeaux

    Message par Le Père des Exorcistes le Lun 24 Avr - 21:27

    Exclamation ATTENTION : scène "hot" sans spoiler Exclamation


    Mais qu’ai-je fais ?

    Je me demande une nouvelle fois, alors que je sens tout mon corps s’écraser dans le plâtre derrière moi. De la chaire chaude et humide – des lèvres – on m’embrasse ?! J’écarquille les yeux. Si la probabilité pour qu’une telle chose arrive était grande, je ne m’attendais pourtant pas… Est-ce qu’elle avait prévu ça depuis le départ ? Elle m’a peut-être ramenée dans son hôtel pour… Non. Ce n’est pas possible. Et puis pourquoi moi ? Son corps se colle un peu plus au mien. Elle a bu, non ? Je n’arrive pas à respirer. Doucement, je sens sa langue passer la barrière de mes dents. Non. Elle n’a pas le goût de l’alcool. Alors est-ce que ce serait possible que… je lui plaise ? Dans ma poitrine mon cœur semble ralentir douloureusement, et mes pensées s’embrouillent. J’ai du mal à rester droite.

    Je n’avais plus aimer, plus après Cloé. Plus après la douleur et la déception. Je n’avais plus jamais voulu. Je ne veux plus. Pourtant…

    Je n’avais pas prévu de rentrer, pas si c’était pour continuer à être l’enfant-soldat que l’on me demandait d’être. Père Vladimir était bien trop dangereux avec une arme comme moi à sa disposition. Une arme comme moi… Je ne voulais plus être une arme. Un jouet. Une bête de foire. Je n’avais jamais connu que les camps, et si le traitement de faveur qui m’était accordé me rendait la vie bien souple à côté de celle des autres prisonniers, je n’en étais pas heureuse pourtant. Ici, à Ibiza, je pouvais disparaître. Oh, je savais qu’ils me retrouveraient tôt ou tard, parce que je n’étais pas dupe, et que je connaissais les Exorcistes maintenant. Mais pour l’instant, j’avais seize ans, j’étais pleine de vie, et plutôt jolie. Je pouvais m’en sortir.

    J’étais entrée ici assez par hasard, parce qu’il y avait beaucoup de monde. Je me sentais toujours plus en sécurité dans la foule. Comme si pendant un moment je pouvais être normale. Le barman m’avait même autorisée à prendre un verre d’alcool, « pour faire comme les grands ». Seize ans, quand on a rien vécu d’autre que les camps, ça semble déjà grand. Mon regard se voilât. Est-ce que d’autres jeunes filles de seize ans savaient la meilleure façon d’aiguiser une lame, ou encore quel nerf sectionner pour faire souffrir sans tuer ? Ou est-ce que beaucoup d’autres avaient déjà tué gratuitement un innocent ? Moi, je l’avais fait, une fois. Je savais ce que c’était, de voir la vie un instant dans un regard, et l’instant d’après la voir disparaître. Depuis un an maintenant, je savais.

    Elle s’était assise près de moi, presque sans me regarder, mais il y avait un sourire sur son visage qui m’avait fait rougir. Puis elle s’était tournée plus franchement de mon côté.

    - Salut. Je te trouvais mignonne, je me disais que je pouvais t’offrir un verre. Mais le barman, » elle le désigna d’un signe du menton, « il me dit que tu n’as pas l’âge pour de l’alcool. C’est pas un Malibu ça ?

    Si. Mais le barman avait dit un seul verre. Alors… Je hochais simplement la tête.

    - Mon hôtel est pas loin. Tu veux venir ?

    Un frisson électrique me secoua tant le sous-entendu à peine voilé me choquait. Mais pas en mal. Cette fille était directe. Tellement sure d’elle. Et ce qu’elle voulait, visiblement, c’était moi. Comme si j’étais spéciale, mais dans le bon sens. J’acceptais d’un autre signe de tête, et à son sourire radieux, mon cœur s’emballa. Une irrésistible envie de l’embrasser s’empara de moi. Mais qu’avais-je fait ?


    Ce regard. Cet exacte même regard, c’est celui que m’a lancé la fille, il y a quelques secondes. Comme Cloé m’avait regardée. Avec envie. J’ai envie d’y croire, une nouvelle fois. Tant pis pour le frisson électrique du premier regard, tant pis pour les bouffées de chaleur quand sa peau frôle la mienne. Cette fille, elle a la même énergie dont je suis déjà tombée amoureuse. Peut-être que … Une main douce se pose sur ma taille, et OH MON DIEU, oui, je veux vivre ça ! Je la veux, elle, cette inconnue si jolie. Mes lèvres se détachent des siennes, je pose un baisé sur sa joue, et alors qu’une faible pression me fait tituber sur le côté, je passe ma langue au creux de son cou. La porte se referme en même temps que mes bras autour de sa taille. Elle m’embrasse à nouveau, ma tête tourne tellement, et j’ai tellement CHAUD. Je crois que je tremble maintenant. Mais qu’est-ce qu’il m’arrive ? Est-ce que je suis vraiment comme ça d’habitude ? Où est cachée la Max si froide qui … Elle glisse sa main de ma hanche au bas de mon ventre, et fait chirurgicalement sauter les boutons de ma veste. Mon souffle est rauque, je m’enflamme. Le contact froid et dur d’une porte dans mon dos me tire un couinement. Elle est contre moi. Je respire de plus en plus vite, j’ai l’impression que je vais faire un malaise. Mais les haut-le-cœur ont disparu. Un grognement m’échappe sans vraiment que j’y fasse attention. J’attrape les poignets de ma conquête, la pousse plus en avant dans la chambre. Mes mains relâchent ses bras, volent jusqu’à ses cuisses. Ohmondieu sa peau est tellement DOUCE ! Je me mords la lèvre inférieure. Elle me regarde dans les yeux. Je me sens fiévreuse. Mes muscles se crispent et je sens le désir qui monte en moi, qui papillonne là, au creux de mon ventre. Je secoue la tête. Mes mains remontent d’un seul coup sous sa robe. Je la remonte jusqu’à sa taille, glisse ma main à l’intérieur de sa cuisse. Elle souffle doucement. Va au diable Elias, avec tes missions suicidaires. J’arrache cette enveloppe rouge qui m’empêche de m’amuser et la laisse tomber au sol avec un sourire satisfait.

    Que ?

    Mon souffle se coupe, je titube. Oh ma tête… Je me sens mal…

    Et soudainement ses mains sur la peau de mon ventre, qui soulèvent mon T-shirt. J’oublie que j’allais mal la seconde d’avant quand il passe au-dessus de ma tête. Mon short me semble soudainement de trop. Mes mains glissent en défaire le bouton, et elle dégrafe mon soutien-gorge. Max, qu’est-ce que tu fais NOM DE DIEU !

    C’est un piège, tu es droguée.

    Qu’est-ce que c’était ? Je secoue la tête. J’ai déjà oublié. Je me sens basculer en arrière. Le matelas me rattrape en libérateur. Merci, mon dieu, merci pour ça. Je la regarde, cette princesse-féline qui m’a prise pour proie.

    Quel judicieux choix de vocabulaire.

    Elle me regarde droit dans les yeux et retire son propre soutien-gorge. Juste. Parfaite. Doucement, sans me quitter du regard, elle se penche pour embrasser ma cheville. Un frisson me secoue jusqu’à la base du crâne. Elle m’embrasse ensuite plus haut sur la jambe, le genou. La cuisse… Ohmondieu. Je pousse un gémissement et bascule la tête en arrière, fermant mes yeux aussi fort que possible, et elle continue, ma hanche, mon ventre, mon sein, mon cou, ma mâchoire… Mes lèvres. Elle est sur moi. J’entends sa respiration, plus calme que la mienne. J’ouvre les yeux. Elle me dévore du regard. Je glousse. Ma vision est floue, ma tête tourne. J’esquisse un geste pour aller caresser son dos puis…

    Plus rien. Le vide, et un mal de tête atroce. Est-ce que je me suis endormie ? Mes paupières battent difficilement. Et douloureusement. Le vague souvenir d’un coup violent et d’une ombre me reviennent en mémoire. Oh non… La fille ! Je tourne la tête, une angoisse terrible qui me dévore d’un seul coup alors que je ne sais pas ce qui lui est arrivé à elle. Les jumeaux ont dû me suivre et si ça se trouve… Oh mon dieu, elle est peut-être morte à cause de moi et alors je ne pourrais pas lui dire ce que…

    « Helloooo ! »

    Cette voix… Mon sang se glace. Je sens d’un seul coup la morsure des cordes à mes chevilles, et à mes poignets. Une douloureuse vérité se glisse dans mon esprit.

    Bravo Sherlock, enfin on se réveille. Le GHB te fait pas tant d’effet d’habitude !

    Oh non. Dites-moi que ce n’est pas vrai. Des larmes amères me nouent la gorge. Le type aux allures de catcheur qui m’avait servie au bar est assis à gauche de ma belle meurtrière. C’est donc sans appel, la voilà ma jumelle. Et c’est vrai qu’ils se ressemblent. Je le vois alors qu’il se rapproche, armé.

    « Qui t’a engagé ? Combien et pourquoi ? »

    Cette voix si froide me coupe plus surement que la meilleure des lames. Je déglutis. Je ne sais pas quoi répondre. Je ne sais même pas si ça ne me convient pas, finalement, de mourir comme ça, ici. Au moins, je mourrais sous ses yeux à elle.

    Arrête de dire des conneries, Max, sors toi de cette merde tout de suite. Tu vas pas payer pour Elias !

    Non, pas pour lui. La trahison a un goût de déjà-vu. C’est le monde à l’envers, j’aurais presque envie de rire. Les jumeaux savent que je les attendais, ils croient que je suis un danger plutôt qu’une victime. Est-ce que ce n’est pas improbable vu ma situation ? Ils m’ont au moins partiellement rhabillée, c’est ça de gagner. J’ouvre la bouche pour parler. Mais au lieu de la phrase que je formais dans ma tête, c’est un sanglot qui s’arrache de ma bouche. Mon corps a un sursaut, puis un autre, et j’éclate en sanglots. Je pleure de rage, je crois. Ils vont croire que j’ai peur. Peut-être. Ou alors ils vont voir que c’est autre chose. Je me sens tellement frustrée, et déçue. Bizarrement c’est à Elias que j’en veux pour ça, pas à la fille. Je le déteste encore plus. Tellement. Pour qui je travaille. Mais les mêmes dégénérés que vous, voyons, qui d’autre ? Pourquoi. Parce que… Parce que je suis née comme les poules, en batterie. Combien ? Ma vie contre vous. C’est aussi simple que ça. Alors pourquoi je ne peux pas le dire ? J’ouvre à nouveau la bouche, je veux articuler : je suis avec les Exorcistes. Alors pourquoi est-ce que je m’entends dire :

    - Pourquoi c’est forcément toi la jumelle ?

    Et il y a tellement de désespoir dans ces quelques mots que je me demande une seconde si je suis bien celle qui vient de parler. Je ne suis pas si fragile. Et ce n’est pas un sujet si sensible… non ? Et je continue de pleurer, essayant tant bien que mal de cacher mon visage entre mes cheveux et mon épaule.
    avatar
    Les Jumeaux

    Date d'inscription : 01/03/2017
    Force : 865
    Messages : 6

    Re: [Test] Les Jumeaux

    Message par Les Jumeaux le Mer 26 Avr - 11:38

    Pendant un instant, il y eu un flottement. Les deux jumeaux se contentèrent de se regarder en silence, observant la réaction de l’autre sans parler. Elle venait de découvrir qu’ils étaient les jumeaux ? C’était… déroutant… Et sa réaction était beaucoup trop… Honnête…

    Pourquoi avoir choisi cette personne afin de les traquer ? Elle n’avait pas de micros, ils avaient fouillés ses affaires. Personne ne les avait suivis et aucune personne ne les avaient dérangés depuis un moment…

    Etait-elle… Un pion ?

    Le constat se fit rapidement dans l’esprit des jumeaux, et Alexander recula.  Lentement, abigael se leva de sa chaise avant d’observer Max en silence. Pendant un instant, elle observa la jeune femme sans rien dire, avancant lentement jusqu’au haut du lit. Elle s’accroupit au niveau de son lit avant de l’observer sans rien dire, observant le jeune visage de celle qui était immobilisée, presque crucifiée.

    Sa main attrapa un mouchoir avant d’essuyer les larmes de la jeune femme. Elle avait déjà vu ce genre de regard…

    Dans le siens…

    « Ecoute, dit-elle d’un ton plus doux, j’aimerais simplement avoir des réponses afin de comprendre pourquoi quelqu’un nous a guidé à toi et inversement… Je peux te détacher tes mains… Mais je te demanderais juste d’être sage d’accord ? »

    Au même moment, Alexander ouvrit un des sacs qu’il avait rangé dans la salle de bain, mettant à la lumière orangée ce qu’il contenait.

    Un fusil à pompe, noire comme la nuit, équipé d’un silencieux.
    Si max avait l’intention de ne pas être sage, il avait bien l’intention de rappeler à l’ordre la jeune femme. 
    avatar
    Le Père des Exorcistes
    Admin
    Admin

    Date d'inscription : 24/04/2015
    Force : 54283
    Age : 20
    Messages : 39
    Localisation : Russie

    Carte d'identité
    Nature:

    Re: [Test] Les Jumeaux

    Message par Le Père des Exorcistes le Lun 8 Mai - 22:08


    Être sage ? Mais de toute façon, est-ce que j’ai un autre choix ? Ces deux là sont dangereux, ça au moins je le sais. Et la fille demande pourquoi. Elle demande qui. Que répondre. Que dire de plus que :

    « Les Exorcistes. »

    Eux. Il n’y a rien d’autre à dire, et dans le ton déchiré de ma voix elle doit tout comprendre. La souffrance, la déception, l’abandon, et servir d’appât. Tout ça pour… Rien, finalement.

    « Les Exorcistes m’ont demandé… Ils veulent vous recruter. Ils payent bien. »

    Et je tente de canaliser ma colère. Les larmes sur mes joues sont plus amères et je n’arrive pas à les faire taire. J’ai tellement honte. Elle me regarde. Je voudrais qu’elle arrête. Son regard… Je ne le supporte pas. Elle me donne des frissons, juste là, au creux du ventre. Et moi je ne veux plus ressentir ça maintenant. Alors, elle m’a droguée ? Oui. Me l’avouer m’arrache le cœur. Sans que je ne puisse le retenir, j’éclate à nouveaux en sanglots. Les grosses larmes m’embrouillent le regard, et je tourne la tête vers le mur, vaincue. Après tout, ils peuvent aussi bien ne pas me croire. Les Exorcistes, tout leur retombe un peu dessus maintenant. Il y a même des attentats qu’on leur met sur le dos, mais je sais que ce n’est pas eux. Pas… nous. Puisque j’en suis une aussi, que je le veuille ou non.

    Une brève pensée à Elias me traverse. Est-ce qu’il s’est douté une seconde que ce qu’il se passe allait arriver ? Honnêtement, je pense qu’il s’en fou. Totalement. Je pense qu’il essaye juste de les atteindre, ces deux là. Est-ce que je peux vraiment lui donner son petit jouet sans broncher ? Non ! Il en est hors de question ! Je renifle un hoquet, m’étouffe dans mes larmes. Mais dans quel état tu te mets, Max ? Ça n’en vaut pas la peine. Tout ça, ce n’est qu’une vague mascarade. Mais je dois être réaliste, je n’aurais jamais le courage d’aller contre Le Père. Je n’ai que lui, même si ça me tue de l’admettre. Que lui, puisque Cloé n’est plus là.

    Une ombre sur le mur attire mon regard et me fait finalement tourner la tête. Le colosse se tient dans l’encadrement de la porte de la salle de bain. Il a une arme. Dans le genre gros calibre qui te fait un joli trou dans le veston. Bizarrement, j’arrête de chialer en une fraction de seconde. La seconde d’après, je tire frénétiquement sur les liens qui me retiennent prisonnière, ce qui n’a pour effet que d’un peu plus resserrer les nœuds.

    « Mais bon sang, qu’est-ce que vous me voulez ? Vous allez me tuer ? C’est ça, hein ? »

    Je grogne comme un animal en cage. Est-ce que c’est normal d’accepter tout ça ? Je commence à avoir de plus en plus chaud. Ça ne me dit rien qui vaille. Je devrais essayer de me calmer. Les muscles de mes bras tirent, j’ai mal.

    « Détachez-moi ! Je m’en fiche, moi, de qui vous êtes ! Je voulais juste… »

    Et c’est le retour des grandes eaux. Je pleure, comme une pauvre misérable qui monte à l’échafaud. Doucement, j’arrête de me débattre, et de tirer sur les cordes.

    « Tue moi, s’il te plait… », je chuchote tellement bas que la fille ne m’a peut-être même pas entendue.
    avatar
    Les Jumeaux

    Date d'inscription : 01/03/2017
    Force : 865
    Messages : 6

    Re: [Test] Les Jumeaux

    Message par Les Jumeaux le Ven 26 Mai - 10:06

    Le mot fit s’arrêter les deux seules personnes capables de bouger dans la pièce. Les jumeaux se regardèrent pendant un instant alors que max se mettait à pleurer.
    Les exorcistes... Durant leurs chasse les jumeaux avaient entendu parler d’eux… Apparemment cette organisation chassait les âmes perdues, rassemblée dans une organisation presque millénaire…


    « Les Exorcistes m’ont demandé… Ils veulent vous recruter. Ils payent bien. »


    Ils payent bien.


    Abigaël serra lentement son poing alors que la colère commença à monter. Lentement, elle pris une grande inspiration avant de fermer les yeux. 


    Ils payent bien.


    Comme si ce genre de chose pouvait vraiment acheter les services de n’importe qui…
    D’un bond, la jeune femme se tourna en direction d’Alexander.


    « On part. Le contrat est bidon. Départ dans 15 minutes. »


    Son frère se contenta de pencher sa tête sur le côté, interrogatif mais ne reçut comme réponse qu’un simple sourire. Je t’expliquerais plus tard.


    Lentement, Alexander tira la porte de la salle de bain et disparut de la pièce, alors qu’un bruit de fermeture de sac de sport se fit entendre.


    Pendant ce temps Abigaël avait coupé d’un geste brusque les cordes retenant les mains de max avant de se dirigée vers un autre sac et attraper quelques affaires qui traînaient dans la pièce. D’un geste, elle tira la fermeture avant de s’approcher d’un autre sac.



    Telle une personne sachant se changer en quelques secondes, la jeune femme se mit sans gêne à nue, révélant son dos couvert de quelques vielles cicatrices discrètes. Étrangement, ces cicatrices suivaient toute sa morphologie pour les faire disparaître le plus possible, mais après quelques secondes d’intenses intentions, on pouvait voir que la peau était brûlée à certains endroits. 
    avatar
    Le Père des Exorcistes
    Admin
    Admin

    Date d'inscription : 24/04/2015
    Force : 54283
    Age : 20
    Messages : 39
    Localisation : Russie

    Carte d'identité
    Nature:

    Re: [Test] Les Jumeaux

    Message par Le Père des Exorcistes le Sam 3 Juin - 20:42

    Exclamation Attention, propos vulgaires Exclamation


    Pourquoi... Font-ils... Ça ?

    Je regarde les cordes tomber pitoyablement entre le matelas et le sol, perdue dans mes sanglots. Ils... Elle abandonne ? Alors c'est tout, ça n'ira pas plus loin ? Quelque chose en moi se scelle. Pourquoi est-ce qu'il ne dit rien ? Ça lui est égal, à lui, d'avoir fait tout ça pour rien ? Je n'arrive pas à me calmer, et pourtant mon cerveau est ailleurs. Soudainement limpide. Oh non ... C'est bizarre, quand même, cette sensation, quand ça arrive. J'ai chaud, beaucoup trop maintenant. Ma main est dans mon champ de vision. Je commence à voir des cloques se former doucement, alors que ma peau rougit.

    Le contrat est bidon. Bah oui, faut s'y faire, je n'étais qu'un contrat. Mais quand même. Ça fait chier.

    Elle m'a détachée. Elle n'aurait peut-être pas dû, maintenant que j'y pense. Les cloques me font mal. Et elle ... La jumelle est de dos. Elle se déshabille. Mon regard glisse sur son dos avec envie. Si seulement elle avait bien voulu. Mais je ne peux pas leur en vouloir, n'est-ce pas ? Je serais la première à partir si je pouvais. Les Exorcistes, haha ! Quelle vaste fumisterie. Et ce qu'ils font... Elias est un petit roquet qui en a après sa vengeance personnelle, rien de plus. Une vendetta aux allures sectaires, qui prend des proportions mondiales, voilà ce que c'est, vraiment, cette association de malfaiteurs ! Et qui je suis, moi, pour vouloir imposer a des gens de rejoindre cette grosse blague ? Non décidément, je n'ai pas mon mot à dire. Alors je vais juste la laisser partir. Les... Et puis merde, je l'admet, elle m'a tapé dans l'oeil. Depuis Cloé j'avais ... oublié. Je n'ai pas envie que ça se termine, c'est bête.

    Un bruit assez dégueulasse d'un bubon qui éclate me fait baisser les yeux. Le processus est avancé, ma peau doit être ravagée de cloques. Ça saigne. C'est assez moche je dois dire. Je commence à trembler. D'autres cloques explosent. Elle entend forcément ça. On dirait du pop-corn qui saute. Ça va leur faire tout bizarre, aux deux, quand ils vont me voir comme ça. Une légère fumée se dégage de mon corps; je dois être brûlante. Il faudrait que je bouge, sinon je vais foutre le feu aux draps. Mais bien sûr je ne peux pas. Pas encore. Je dois attendre qu'elle sorte.

    J'entend un juron étouffé et un vague soupire de dégoût. Joyeux spectacle, les jumeaux... Bienvenu dans l'univers tordu des exorcistes. Je me cambre d'un seul coup en arrière dans un craquement d'os. J'ai tellement MAL, bordel ! Je n'arrive pas à m'empêcher de crier. J'ai beaucoup trop chaud...

    Contenu sponsorisé

    Re: [Test] Les Jumeaux

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 19 Aoû - 7:34