Âmes Perdues

Forum RPG . Réincarnation, possession, exorcisme, crime...Ouvert à tout-e-s ~

Calendrier du forum

Le mois actuel in rp est Juillet 2016

    [Test] Lucas Versipel

    Partagez
    avatar
    Lucas Versipel

    Date d'inscription : 23/02/2017
    Force : 2368
    Messages : 4

    Carte d'identité
    Nature: Âme Perdue

    [Test] Lucas Versipel

    Message par Lucas Versipel le Ven 3 Mar - 20:46

    Identité :
    . Nom : Versipel
    . Prénom : Lucas, Romain
    . Âge : 49 ans
    . Pays où il vit : France, Paris
    . Langue parlée : Français, notions d'anglais.
    Adepte en : Karaté, Judo, Arme à feu, Arme blanche.
    Débutant : Hacking.
    Possesseur d'une voiture et d'une moto.

    Physique :

    Taille : 1m91
    Poids : 85 kilos
    yeux : Noir
    Musculature : Corps maigre et légèrement musclé.
    Coupe : Cheveux mi-long, raide et noir

    Parasite :
    Nom : Grégoire Bourgeois
    Informations : Ancien éleveur de mouton, doux, attentionné et rongé par la culpabilité.


    Caractère

    Calme, déterminé, serein, réfléchi, généreux ( avec les animaux )
    Fataliste, froid, moqueur, détaché

    Histoire

    Lucas a vécu la majeure partie de son enfance et adolescence dans un village de campagne proche de la ville de Tours, aidant ses parents vétérinaires et s'amusant avec ses amis dans le voisinage.
    Fasciné par la culture américaine et le symbole du super-héros, il décidera de suivre les traces d'un ami de la famille et de s’enrôler dans les forces de l'ordre, poussé par un esprit de justice et de loyauté.
    Il intégrera en premier lieu une gendarmerie locale, puis se fera muter sur Paris pour y suivre Olivia, étudiante en économie, avec qui il se mariera.

    Ils vivront ensemble plus d'un vingtaine d'année, mais leur amour commencera à s’effriter avec le temps, les expériences que Lucas vivra avec son boulot de gendarme sur Paris finiront par miner son moral et son tempérament autrefois joyeux. Renforçant par là également sa volonté de réprimer la criminalité.
    Olivia se sentira frustré par l'absence de progression hiérarchique au sein de son entreprise et les absences de plus en plus fréquentes de Lucas pour son travail. Persuadée d'une tromperie de sa part, elle se renfermera sur elle-même durant de nombreuses années.

    Mais ce fut l’assassinat de leur fille âgée d'une vingtaine d'années, par un inconnu toujours en fuite, qui sera le déclenchement de leur séparation.

    Lucas, le cœur flétri, se rendra compte de son vide sentimental et demandera le divorce, qui sera validé d'un accord commun. Olivia retournera reprendre une affaire familiale sur Tours.

    Vivant maintenant en compagnie d'un énorme rottweiler dans une sorte de garage aménagé, ayant revendu presque toute ses affaires et meubles pour garder l'essentiel, pour se détacher de son passé. Il est à présent concentré dans son métier. Espérant y gagner en galons par son investissement. Brûlant d'un désir de punir les malfaiteurs, les hors-la-lois et surtout, de retrouver l'assassin de sa fille.

    Cependant, la vie s'acharne souvent d'une curieuse manière. Lucas vient tout juste d'apprendre au cours d'un examen qu'il est atteint d'une maladie rare, presque inconnue. Une maladie mortelle.

    Paris. Juillet. Bureau d'un spécialiste en Neurologie

    Le spécialiste était assis dans son bureau et accoudé, il examinait les feuilles qu'il tenait entre les mains : une liste de termes de médecine, des colonnes de chiffres, des options sur contrât. Tout un dossier de traitement pour un cas particulier d'école.

    - Monsieur Versipel, je vous assure qu'un traitement est possible, je ne peux estimer les chances d'en guérir, mais elles existent, aussi infimes soit-elles. Je vous conseille vivement d'accepter ces traitements, ils sont chers mais avec votre assurance maladie et les avantages de votre fonction, il devrait être possible de vous en sortir pour une somme raisonnable. La vie est précieuse et de vous à moi, autant la garder. Au pire, la prolonger.

    Le médecin essayait d'agir et de parler avec le plus grand calme, de se montrer rassurant et convaincant. Son métier lui imposait souvent ce genre d'actes : Celui d'annoncer un événement chamboulant, capable de retourner une vie, voir de l'éteindre.
    Et des réactions, il en avait vu des variées ! Des colères noires, des résignations déchirantes, des rebellions sauvages, des abnégations aveuglées... Mais pour la première fois, il vit une nouvelle réaction.

    L'acceptation.

    L'homme qui était devant lui a réagi à l'annonce d'une maladie mortelle présente dans son crâne, comme si on venait de lui annoncer que le voyant des piétons passait au vert alors qu'il attendait devant le passage clouté.

    Son regard qui au début de leur entretien était dur et brûlant à aussi changé. Le noir de ses yeux venait d'acquérir une sérénité nouvelle. Ils étaient maintenant d'une profondeur abyssale, remplis d'une récente sagesse nihiliste.

    Il... Il ne savait vraiment plus comment réagir. Alors il n'agit pas.
    ______________________________________________________

    Lucas en avait vu beaucoup dans sa vie. Des horreurs qui lui faisait douter du bien fondé de l'humanité, des comportement juste monstrueux et des actes sans une once de bienveillance.
    Il n'aimait plus la femme pour qui il aurait donné sa vie.
    Il avait perdu l'unique trésor de son existence, sa fille.
    Et maintenant il vient d'apprendre que sa fin est proche.

    Mais contre toute attente, il se sentait soulagé, il n'aurait plus à tenter de combler sa vie vide de sens. Il allait pouvoir se laisser aller durant les prochains mois, sûrement les prochaines années. Il commence déjà à réfléchir à ce qu'il pense faire, sûrement voir quelques personnes "proches", son ex-femmes aussi, discuter avec tous ces gens une dernière fois.
    Puis il entamerait une dernière croisade, il mettrait tout en oeuvre et userait de tous les moyens nécessaire, mais il retrouverait l'assassin de sa fille.
    Sa voie était tracée et le sentiment de confort qu'il en retirait était apaisant, il n'était pas non plus croyant, mais curieusement il se mit à penser à l'autre coté, au Paradis que son éducation chrétienne avait mentionné maintes fois. Si il existait vraiment, il pourrait retrouver sa fille, lui parler à nouveau. Ainsi que d'autres personnes qu'il avait perdues au cours de sa vie. Oui, ce serait pas mal.

    - Et bien... Si mon père ne m'avait pas devancé pour l'aller simple au cimetière, il dirait que pour une fois j'ai quelque chose dans le crâne !

    Ah tiens, c'était sorti naturellement, il aimait bien faire de l'humour autrefois. Mais en avait perdu l'habitude, cette récente "délivrance" lui redonnait donc cette petite particularité. En tout cas le sourire sans joie du médecin lui prouva qu'il n'était pas particulièrement doué. Tant pis.

    - Je vous remercie docteur, mais je refuse de me faire soigner. D'ailleurs je pense que je vais vite profiter de mes derniers inst...

    Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase qu'une violente odeur lui vint. Une acidité désagréable comme un parfum bon marché, un parfum d'homme, tout de suite accompagné d'une odeur de gel douche et de shampoing précédé d'une de sueur, puis celle plus caractéristiques de l'acier, suivie dans l'ordre par une de plastique, de produits nettoyants, d'une inconnue aux connotations chimique et plus marquante que les autres... Celle du sang.

    Ce n'était pas normal, mais Lucas se reprit vite en mains. Non, ce n'était pas normal et déjà ce cortège olfactif lui donnait un début de migraine. Il resta calme et se rendit compte que des changements s'effectuait dans ce bouquet d'odeurs, changements provoqué par l'orientation de son visage, plus particulièrement de son nez.

    - Monsieur ? Vous allez bien ? Lui demanda le médecin qui commençait à afficher une mine inquiète.  

    Malgré le côté déroutant de la situation, Lucas se reprit en main, il mit cette augmentation de ses capacités olfactives sur le compte de cette curieuse maladie dans son crâne. Il avait déjà lu un article de journal, des personne se découvrant de nouvelles facultés quand quelque chose les affectait au cerveau.

    - Oui, je vais bien merci. Mais je vais vous quitter. Adieu docteur et merci pour tout.

    Il n'attendit même pas la réponse de l'homme et sortit du bureau, puis de l'établissement, pressé de rentrer à son domicile.
    Durant tout le chemin, il sentit nombre d'odeurs. Leurs puissances étaient insupportable. Il sentait l'essence présente dans les voitures, les déjections sur les trottoirs, les innombrables parfums et haleines des passants et de nombreuses autres inconnues. Avec l'habitude, il pût reconnaître des fragrances particulière selon les individus, des mélanges entre plusieurs odeurs qui semblait propre aux individus, comme une caractéristique, mais alors qu'il tentait d'affiner cette découverte malgré un mal de tête fraîchement débarqué, les odeurs s'évanouirent.

    Il était presque arrivé à son domicile et ne sentit plus rien, durant un court instant il s'était rappelé les supers héros de sa jeunesse et le voilà à nouveau vide. En compagnie d'un marteau-piqueur qui effectuait le job de sa vie dans sa tête.

    Il soupira en crispant les mâchoires et ouvrit la porte de son "garage" à la décoration rudimentaire.

    /Edit/
    Oh Pardon ! J'y remédie tout de suite !
    - Je tenterais d'écrire un post au minimum une fois par semaine.
    - Ma couleur de police sera #663333 Pour Lucas et #660099 pour Grégoire.
    - Mon avatar est Keanu Reeves.
    - Je suis barb... Majeur !


    Dernière édition par Lucas Versipel le Sam 11 Mar - 14:42, édité 1 fois
    avatar
    Ky
    Admin
    Admin

    Date d'inscription : 24/04/2015
    Force : 104764
    Age : 21
    Messages : 66

    Carte d'identité
    Nature:

    Re: [Test] Lucas Versipel

    Message par Ky le Ven 3 Mar - 23:55

    Ky n’était pas vraiment sensible aux problèmes des êtres humains. Ce n’était pas de la cruauté : simplement, il ne pouvait pas les voir comme ses égaux. Ils n’étaient tout simplement pas de la même espèce. Il ne pensait, ressentait, et vivait absolument pas comme eux. Il se sentait aussi proche des humains que, par exemple, des fourmis. Pour autant, il voyait bien quand ils souffraient.

     Et quelle main s’acharnait donc sur le destin de Lucas Versipel ? Son unique enfant avait été tué ; sa femme n’était plus là, et il venait juste d’apprendre qu’il était condamné. Même le désespoir l’avait quitté. Il avait accueilli sa fin sans trouble. Quelle serait sa réaction à celle que Ky s’apprêtait à lui annoncer ? Il en avait bien une petite idée. Il avait déjà rencontré des personnes dans son cas, qui se savaient sur le point de mourir quand l’autre en eux se réveillait. Certains haussaient les épaules, plus inquiets pour ce que ses révélations signifiaient quand à leur futur que par cette créature qu’ils n’auraient pas à connaître longtemps. D’autres jetaient toutes leurs forces dans ce qu’ils estimaient leur dernière bataille. Restait à voir ce que serait Lucas.

     Ky, quand à lui, était en apparence l’un de ses collègues de travail, un dénommé Bruno qui travaillait auprès de Lucas depuis assez longtemps pour qu’ils soient devenus proches. En théorie, il s’inquiétait pour son ami, puisqu’il lui avait demandé ses résultats médicaux, mais que celui-ci ne lui avait toujours pas répondu. Le véritable Bruno, quand à lui, était toujours occupé à chercher le portable qu’il avait égaré et ne se montrerait pas ici.

     Les probabilités montraient que l’homme allait peut-être refuser de le laisser entrer s’il allait frapper chez lui. Il y avait des chances qu’il veuille être seul. Mais c’était mieux que d’apparaître chez lui directement. C’était comme ça, avec les forces de l’ordre. Si Lucas Versipel voyait quelqu’un chez lui, il réagirait. Il était obligé de l’approcher en douceur. Heureusement pour lui, il y avait une troisième option.

     Ky parvint au niveau de la porte au moment où Lucas allait la refermer.

    - Hé ! Attends!

     Il mit sa main sur le battant pour l’empêcher de continuer. Ainsi, sa cible n’allait pas pouvoir s’enfermer chez lui comme elle le désirait. Avec un sourire bonhomme, le gros homme au visage sympathique dont il avait pris l’apparence demanda:

    - J'allais frapper! J’te déranges pas ? Je voulais juste savoir, pour les résultats. Je passais par hasard, et je me suis dis, hé ! C’est aujourd'hui, hein ? Alors me voilà.  

    Spoiler:
    Hey ! Juste pour te dire, tu as oublié la partie de la dernière fois dans ta fiche, tu sais, celle sur le joueur irl . ^^ Voilà.

    Bon Rp .Smile Oh, et si il y a quoi que ce soit qui ne fonctionne pas dans ce que j'écris, n'hésite pas à m'en faire part Very Happy Au revoir!
    avatar
    Lucas Versipel

    Date d'inscription : 23/02/2017
    Force : 2368
    Messages : 4

    Carte d'identité
    Nature: Âme Perdue

    Re: [Test] Lucas Versipel

    Message par Lucas Versipel le Sam 11 Mar - 15:25

    Lucas fut tiré de sa réflexion par la voix vivace de son collègue de travail : Bruno Le Foll, un type des plus sympathique selon les normes de la société. Il n'était pas des plus efficaces, un brin étourdi et trop empathique au goût de Lucas quand il devait s'occuper des cas difficiles.
    Néanmoins le bonhomme était une personne humble, soucieuse de son entourage et capable d'offrir un précieux soutient aux personnes qui en recherchait. Ce qui n'était pas le cas de Lucas, mais au point où il en était, il pouvait bien se montrer agréable à son tour. Quelque chose d'étrange l'interpella pourtant, mais il ne parvint pas à mettre la mains dessus...

    - Bonsoir Bruno. Je suis surpris de te voir, je t'en prie, rentre.

    Alors qu'il laissât le soin à son collègue de fermer la porte. Lucas s'avança dans la pièce : Elle était plutôt spacieuse en vérité, une sorte de garage aménagé avec mezzanine. L'étage supérieur lui servait de lieu de repos, avec un lit pliable pour une personne, une armoire, une étagère avec classeurs, un ordinateurs avec plusieurs écrans, deux petits fauteuils entourant une table basse à l'apparence désuète ( il avait décidé de les installer depuis peu, ce n'était pas la première fois qu'il recevait du monde ici, dont certains supérieurs lui rendant visite et s'informant sur sa situation. ) et une partie cuisine. Le tout formait un espace de vie miniature où se mouvoir demandait très peu de geste dans à peine 20m²

    Le Rez de chaussé était plus grand, il abritait une voiture BMW de série 3 Berline, deux moto de type bobber et duccati. Des armoires avec de quoi entretenir ses véhicules, son matériel et ses armes. Un atelier pour le bricolage et dans un coin, une armurie dont le contenu ferait hausser un sourcil à un inspecteur de la gendarmerie.

    - J'ai effectivement eux mes résultats.
    dit Lucas en amenant Bruno à l'étage. Et ils ne sont pas très bon, il parait que je n'ai plus que quelques mois à vivre.

    Alors qu'il l'invita à s’asseoir dans un des deux fauteuils et lui tendit une bière fraîchement sortie du frigo, il fit enfin la lumière sur le curieux détail qu'il avait remarqué chez Bruno... Il ne sentait pas le cigare bon marché. Son expérience olfactive qu'il avait subi malgré lui sur le chemin du retour lui avait permis de sentir de nombreuses odeurs dont les sources étaient souvent à plusieurs dizaines de mètres de lui. Pourtant aucune n'avait celle du cigare que fumait habituellement Bruno, que même un odorat commun arrivait à remarquer.

    - Tiens ? Tu as arrêter de fumer ? T'as femme t'a encore pris la tête là dessus ? Lui lâcha Lucas en s'asseyant en face de lui.

    Spoiler:
    Pas de soucis ! Very Happy désolé du temps de réponse, j'avais pas mal de taff ^^.
    avatar
    Ky
    Admin
    Admin

    Date d'inscription : 24/04/2015
    Force : 104764
    Age : 21
    Messages : 66

    Carte d'identité
    Nature:

    Re: [Test] Lucas Versipel

    Message par Ky le Sam 18 Mar - 23:16

    Ky n’était pas sûr de comprendre tout à fait l’indifférence de Lucas Versipel. L’annonce crue qu’il lâcha durement à de Bruno ne l’étonna pas : il s’attendait à un tel tempérament de la part de cet homme, même s’il donna à son visage une expression de choc étonné.

    - Oh… Je… bégaya-t-il.

     Lucas lui tendit une bière, coupant court à sa voix hésitante qui s’éteignit. Mais, en tant que gendarme, Bruno pouvait encaisser le coup. Ky se reprit, et ajouta, d’une voix contenue :

    - Je craignais ça. C’est...C’est dur. Je suis vraiment désolé pour toi, mon vieux…

    Non, ce qui étonnait Ky, c’était qu’il n’ait pas eu l’air d’avoir réagit à sa vision. Ce genre de choses faisaient trembler le plus dur des soldats. Après tout, il y avait de quoi là chambouler toute la vision du monde de quelqu’un. Mais Lucas n’avait pas l’air d’avoir subit une telle révélation. Il se contenant de le regarder, tranquillement... Mais fixement, sans paraître réagir à ce qu’il disait. Les sourcils froncés, il paraissait chercher quelque chose dans les traits embarrassés de son collègue.

     Pourquoi ? Les probabilités indiquaient toute que dans cette conversation, avec ce collègue, Lucas ne se posait pas de question sur lui. Il n’avait aucune raison de le faire. Bruno n’avait rien de différent du Bruno habituel. Il avait la même apparence. Ses vêtements, Ky les avaient copiés directement sur lui. Quand à l’expression hébétée de son visage, elle s’expliquait par ce que Lucas venait de lui dire. Il n’y avait rien de mystérieux là-dedans.  Ca ne pouvait pas être sa vision : elle était finie,  il avait vérifié. Alors pourquoi ?

     La réponse, cependant, ne se fit pas prier. Lucas lâcha une remarque sur une odeur de cigare, et Ky comprit enfin son erreur. Pour une fois, il était d’accord avec les pensées probables de Bruno qu’il devinait: il était étrange, Lucas. Pourquoi une odeur l’interpellait autant, tout d’un coup ? Il n’avait pas plus important auquel réfléchir ?

    - Oui… Balbutia-t-il, sans chercher à dissimuler son étonnement. J’essaie d’arrêter…. Tu sais ce que c’est… Elle déteste l’odeur. Mais…

     Il se racla la gorge, visiblement mal à l’aise. Bruno n’était pas homme à être à l’aise avec ses émotions, où celles des autres. Il aurait d’ailleurs sûrement cherché à éviter le vrai sujet un peu plus longtemps, mais Ky était pressé, et il avait assez de probabilités derrière lui pour l’autoriser à poursuivre directement :

    - Mais… Alors ? Comment tu te sens ?

     Il ne s’arrêtât pas là. Il avait l’intention de profiter de la confiance de Lucas pour obtenir plus facilement les informations sur la vision dont il avait besoin. Il avait déduit que sans doute, celle du gendarme n’était pas absolument incroyable, et qu’il pouvait peut-être la lui faire décrire sans avoir à rendre les choses difficiles. Sans compter que Lucas Versipel était bien trop prêt de son armurerie pour qu’il ait envie de le stresser tout de suite.

    - Et alors… Si c’est pas… Enfin… Ta maladie…

     Il déglutit, et s’interrompit un instant, avec difficulté. Il fallait bien que les mots aient l’air de lui peser, après tout.

    - C’est encore...calme, pas vrai ? Comme tu m’avais dit… Il s’est rien passé de...nouveau ?

    Pour Lucas, ça devait apparaître comme une façon détournée de son ami de s’informer sur son état de santé, sans que ce dernier n’ait trop à s’aventurer sur les questions difficiles. Ky se pencha légèrement en avant, se demandant avec intérêt si chez un homme qui avait remarqué un détail pouvant trahir son déguisement, cela marcherait.

    HRP:
    Pas de soucis ! ^^ Et ne t’inquiète pas pour le rythme d’écriture. Comme tu le vois, je ne suis pas extrêmement rapide non plus ( j’ai plein de travail en ce moment… Fin de semestre tmtc ) donc ne t’inquiètes pas et prends ton temps !  

    Sur ce, salut et bon jeu ! ^^
    avatar
    Lucas Versipel

    Date d'inscription : 23/02/2017
    Force : 2368
    Messages : 4

    Carte d'identité
    Nature: Âme Perdue

    Re: [Test] Lucas Versipel

    Message par Lucas Versipel le Lun 17 Avr - 15:53

    Lucas était installé dans le fauteuil juste en face de celui de Bruna, les pieds posé sur la table basse où un cendrier accueillait les quelques résidus de la cigarette de Lucas venait de s'allumer. Sa bière dans l'autre main, il réfléchissait aux questions de Bruno.

    - Et bien... C'est une comme une sorte de tumeur dans le cerveau, légèrement différent mais je ne me suis pas attardé sur les détails. Je sais juste que je peux claquer d'un moment à l'autre. Mais normalement ce sera dans quelques mois.


    Il prend le temps d'étudier la réaction de son ami, Bruno en peine pour lui et semblait hésitant sur ce qu'il pouvait bien répondre. Rien de plus normal de l'avis de Lucas. Sa sollicitude le touchait, il avait peu d'amis, voir même plus aucun et il ne semblait pas sur de vraiment considérer Bruno comme tel. Mais des bribes de chaleur humaines se rallumait dans le cœur de Lucas en sa présence.

    - Et bien tu vois, je me sens foutrement bien en vérité. Je sais que mon temps arrive à son terme et je pense que je vais voyager un peu, revoir quelques personnes. Ce sera sûrement l'histoire de deux ou trois semaines.

    Lucas préférait ne rien dire sur son désir de venger à Bruno, il était certain que ce dernier pouvait déjà l'avoir deviné, mais que de l'entendre de la bouche de son ami le pousserait à tenter différentes tentatives pour l'arrêter. Chose vaine.

    - Calme ? Et bien le médecin m'a avoué que normalement je n'aurais pas beaucoup de symptômes mis à part des maux de têtes qui devrait empirer au fur et à mesure que la fin approchera. Mais après tout ça touche le cerveau... D'ailleurs sur le chemin du retour, il c'est passé un truc bizarre. J'ai... Senti plein de truc différents. L’odeur des gens, de la nourriture, d'objets même. Mais c'était vraiment puissant, j'en ai encore une migraine tellement c'était fort.

    Il repris une gorgé de bière et eu un ricanement.

    - On dirait ces histoires de super-héros qui se découvrent un pouvoir après un accident ! Avoir un super-odorat, tu parle d'un pouvoir utile pour un cadavre en sursis !


    Spoiler:
    De retour ! *-*
    avatar
    Ky
    Admin
    Admin

    Date d'inscription : 24/04/2015
    Force : 104764
    Age : 21
    Messages : 66

    Carte d'identité
    Nature:

    Re: [Test] Lucas Versipel

    Message par Ky le Dim 30 Avr - 22:08

    Un « pouvoir », hein… Effectivement, la « vision » de Lucas Versipel ne ressemblait pas vraiment au ciblage habituel. Sentir toutes les odeurs ne lui signalait personne en particulier. Il lui faudrait du temps pour comprendre ce que ça voulait dire, et donc ce qu’il allait avoir à faire pour se débarrasser de son parasite. Et de temps, il n’en disposait pas vraiment…

     Enfin. Il avait l’information qu’il désirait. Il fallait passer à la suite. Ky avait esquissé un sourire gêné en écoutant Lucas ; son visage redevint sérieux. Il soupira avant de parler :

    - Bon… Écoutes...

     Il baissa la tête.

    - Ca va te paraître bizarre, mais ce dont tu viens de me parler...

     Il se leva et se mit à déambuler dans la pièce, l’air anxieux. En vérité, il cherchait à se placer entre Lucas et le chemin de l’armurerie. On ne savait jamais. Et un coup de feux alerterait quelqu’un. Or, il n’avait pas besoin d’un public.

    - Je pense que ce n’est pas du tout tout anodin. En fait… J’ai une explication pour cela.

     A présent, il se trouvait dos à Lucas, contemplant les marches de l’escalier, devant lui. Sa voix était toujours celle de Bruno. Cependant, il ne parlait plus à sa manière. Son ton aussi avait changé.

     Il ne faut pas croire que Ky utilisait ses capacités comme une solution de facilité, et qu’importe les conséquences. En vérité, il évitait de s’en servir, car elles créaient plus de mal que de bien. Mais cette fois, son interlocuteur se montrait beaucoup trop calme. Il n’était pas dans le bon état d’esprit pour accepter des choses qui dépassaient son entendement. Or, Ky voulait être cru. Il le devait. C’était la raison pour laquelle il tenait à rencontrer chacune des Âmes Perdues, au lieu de, par exemple, leur envoyer un simple message.  Aussi désolé qu’il puisse être pour ce qui allait se passer, il fit donc ce qu’il avait à faire.

    - Mais cette explication est tellement incroyable… Que tu ne la croira jamais. Pas si c’est moi qui te le dis, en tout cas. Je ne suis que Bruno, après tout.

     Il frémit. Les vêtements qu’il portait se détendirent et glissèrent comme son corps changeait. Ky n’avait pas besoin de consulter ses probabilités pour savoir quel expression le visage de Lucas Versipel afficherait dans un instant.

     Il se retourna.

    - Mais si c’est moi, tu m’écouteras ?

     En fait, il n'avait pas besoin de poser la question. Il savait qu’il l’écouterait. Parce qu’en cet instant même, Ky était devenu sa fille .



    Spoiler:
    De retour aussi:D  Espérons que Ky ne colle pas une crise cardiaque à ce pauvre Lucas…

    Contenu sponsorisé

    Re: [Test] Lucas Versipel

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 22 Nov - 21:05