Âmes Perdues

Forum RPG . Réincarnation, possession, exorcisme, crime...Ouvert à tout-e-s ~

Calendrier du forum

Le mois actuel in rp est Juillet 2016

  • Poster un nouveau sujet
  • Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

Mauvais augure

Partagez
avatar
Le Père des Exorcistes
Admin
Admin

Date d'inscription : 24/04/2015
Force : 54588
Age : 20
Messages : 39
Localisation : Russie

Carte d'identité
Nature:

Mauvais augure

Message par Le Père des Exorcistes le Dim 8 Mai - 22:36

Elias avait été surpris de recevoir un appel si tôt le matin.

« Oui ? »

Un souffle effréné, comme après une course, résonnait dans le téléphone.

« Père Elias ? » demanda la voix rauque d’un homme, « Pardon de vous déranger d’aussi bonne heure, mais j’ai une surprise qui ne manquera pas de vous plaire, je crois. »

Le Père soupira. Son radio-réveil indiquait quatre heures trente. Il n’avait pas la moindre idée de qui était le type au bout du fil, et c’était une chance pour lui.

« Allez-y, je vous écoute… »

L’homme sembla se remettre à courir.

« J’ai reçu un courrier. Un type qui cherche des informations sur des villes fantômes, ou un truc comme ça… »

Elias n’était pas sûr de bien comprendre. Si ce type voulait lui demander de jouer les guides dans la cité détruite de Privideniye, il allait être bien reçu. Il se massa le haut du nez, tout en retirant le drap sur son torse. Dans le téléphone, le type ricana.

« Vous devinerez jamais, c’est un de ces putains de parasite ! C’est dingue, non ? Une Âme, ici, en Russie ! »

La nouvelle était effectivement assez étonnante pour retenir l’attention du Père. Puisque le QG des Exorcistes se trouvait sur la presqu’île de Kola, les Âmes Perdues avaient déserté, pour la plupart, le continent soviétique. Ce type, dont parlait l’homme au téléphone, se jetait tout droit dans la gueule du loup.

« Tu en es bien sûr ? »

L’homme toussa.

« Oui. J’ai mes sources. »

Le Père se mit à réfléchir à toute vitesse. Si ce gars était assez fou pour se pointer à Privideniye, il méritait d’être reçu en personne. Il eut un franc sourire, songeant que le pantin qui leur servait de saint patron avait visiblement fait une erreur, et omis de dire à son protéger d’éviter les Exorcistes s’il tenait à la vie. Il allait s’en donner à cœur joie, et en faire un spectacle pour ce « Ky ».

« Je vois. Merci de l’info. Tu as un numéro ? Redirige-le vers moi. Dis lui que j’ai des informations sur l’attaque qui a détruit la vieille Privideniye. Je lui dirais ce qu’il veut savoir. »

Un silence s’installa.

« C’est tout ? »

Elias leva les yeux au ciel.

« Mais non, abruti. Envoi-le moi. C’est tout. »

Et il raccrocha. Il poussa un long soupire, avant de reposer son téléphone sur la table de chevet. Il lui restait encore de longues heures de sommeil.
avatar
Zincir
Âme Perdue

Date d'inscription : 16/04/2016
Force : 5765
Age : 22
Messages : 24
Localisation : Varsovie

Carte d'identité
Nature: Âme Perdue

Re: Mauvais augure

Message par Zincir le Lun 9 Mai - 14:40

Je referme le dossier d'informations sur l'avancée de notre mission, moi et mon alliée intime et le replace dans le sac de voyage.

- Qu'est-ce qu'on fera une fois là-bas ? Tu es sûre de trouver ce que tu cherches en arrivant ?

Je me relève pour découvrir son regard inquiet dans la glace, et ce dernier déteint directement sur le mien.

- Non mais sincèrement, comment tu veux que je me sentes rassuré avec ce comportement ?Tu crois que j'ai que ça à faire de partir en Russie pour écumer des villages en ruine ? Non c'est bon, je vais encore y réfléchir. On est pas prêt. Me suis-je énervé.

Elle regarde ses pieds. Elle recommence avec ses yeux de chien battu qui me fait tout le temps lâcher prise.

- Tu dois me faire confiance, le temps nous est compté. Il ne tient qu'à toi de me croire ou non. Mais à un moment, il va bien falloir m'offrir un peu de confiance. J'ai toujours été coopérative, Zincir, mais cela peut très vite dégénérer entre nous. Si jamais tu...

Je l'interrompt aussi sec.

- ... Si jamais quoi? Attend, non mais je crois rêver, tu me menaces maintenant ? Je t'ai déjà dis que C'EST MOI QUI DECIDE !

Je m'agace et je balance le sac au fond de la pièce tout en partant de la salle de bain, lieu de réflexion avec elle. Nous avons fini par nous faire à ces entrevues principalement ici.

Je sens que mon téléphone vibre dans ma poche. Je le sors et vois un message de la fille avec qui j'essaye difficilement de conserver une relation amoureuse stable.
Son père est un homme politique reconnu. J'ai beaucoup fouillé dans ses affaires pour avoir des informations.

"Tu veux qu'on se voit ?" M'a t-elle écrit.
Agacé, je n'arrive pas à définir si il s'agit bien du bon moment pour la voir. Avant même que je ne puisse prendre le temps de répondre, elle complète avec "J'ai envie de toi". Je souffle, dépité. Je dois donc la voir pour paraître normal.
Paraître normal. Voilà à quoi se résume ma vie depuis deux ans.
"D'accord. J'arrive chérie".

Je prend les clés de ma voiture, ferme la porte de la maison, et prie pour que tout se passe bien.


Un jour, si je suis encore en vie et que je suis de nouveau seul dans mon âme, j'espère que l'on pourra être vraiment heureux, tous les deux, et construire une relation vraiment réciproque. Pour ne plus faire semblant.

- Zincir, n'y va pas. Il faut que l'on parle de ce que... M'adresse-t-elle, en me regardant droit dans les yeux depuis le rétroviseur.

- Non. Ai-je craché sans écouter.

-S'il te plaît, écoute-moi. A-t-elle voulu rattraper.

- Ta gueule. Me suis-je permis de dire pour couper court.

Elle ne se manifesta plus.

Je bois un café en repensant à ce que me disait l'esprit. De quoi elle pouvait bien avoir envie de me parler de si urgent ? Selène vient briser ma méditation en m'embrassant dans le cou. Je souris dans le vide et continue à boire. Elle me prend ma tasse et la pose calmement. Elle attrape mon bras et me tire.

Je suis laissé sur le lit, alors qu'elle quitte la chambre. Je me redresse et regarde son miroir qui renvoie mon reflet. Je me sens quelque peu rassuré que l'esprit me laisse respirer. Les relations intimes sont les moments les plus stressant. Cela revient à se faire surprendre par ses parents, bien qu'elle sache ce que nous faisons. Il serait très déplacé de venir. Mais il est déjà arrivé qu'elle s'éveille, même de courts instants. Elle doit avoir compris qu'il est temps de me laisser respirer et ne pas interférer.
Selène revient et retrouve son homme souriant et l'air plus soulagé. Elle se jette sur moi et mord plus fort dans mon cou. Tous mes sens sont en éveils. Je me sens de plus en plus réceptif au monde qui m'entoure. Mon esprit s'ouvre. Une sensation dans mon subconscient donne l'alerte. Le père de Selène vient de rentrer. Je l'ai senti immanquablement. Je la regarde, et je lui caresse les cheveux.

- Il va juste falloir se faire légèrement discret, je crois que ton père vient de...






J'ouvre les yeux. Je reprend connaissance. Je suis allongé dans le lit de Selène, et elle semble dormir très profondément. Il fait nuit. Bon sang, mais qu'est-ce qui s'est passé ? Je ne me rappelle plus de rien. Je prend mon téléphone, 23h52, il s'est écoulé 8 heures depuis le début de notre câlin, dont je ne garde aucune trace dans ma mémoire. Je me tourne vers Selène pour la réveiller, mais dans sa direction, j'aperçois le reflet dans le miroir qui n'est pas le mien. C'est mon autre. Elle semble en colère. Se peut-il qu'elle ait... ? Non, elle n'a pas osé !
J'enjambe nos affaires jusqu'à sortir de la chambre et je me dirige vers la salle de bain à côté de la chambre de ses parents. Pour la première fois j'allais rentrer en contact avec elle hors de chez moi, il fallait vraiment que ce soit vraiment grave et urgent.

- Je peux savoir ce qui s'est passé ? Ai-je crié en chuchotant.

Elle ne cligne même pas. Son regard toujours aussi aiguisé que dans la chambre.

- Qu'est-ce qui t'arrive, tu ne te rappelles de rien ?

Je fronce les sourcils l'air grave et particulièrement enragé.


- Tu as couché avec elle a ma place ? Tu as pris le contrôle de mon corps.

Les yeux revanchards et haineux, elle insiste ses émotions.

- Je me répète, tu ne te rappelles de rien ?

- Tu n'es qu'une
insulte optionnelle:
salope ! Une
parasite ! Tu n'avais aucun droit de faire ça !


- Oui, tu ne rappelles vraiment pas, finalement. Si tu n'agis pas, tu vas perdre le contrôle de ton corps. Souviens-toi. Je tiens de moins en moins à disparaître. Plus le temps passe et plus j'ai peur.

Je n'ai pas le temps de répondre, on entre dans la salle de bain, je suis pris en flagrant délit par le père de Selène.

- Tout va bien gaillard ? Tu m'as semblé différent ce soir. A qui tu parlais, tu avais l'air énervé.

Je suis bloqué. Aucune réponse ne me vient. J'aurais dus être plus prudent.

- Je me parlais tout seul. Je me suis tapé le doigt de pied dans le meuble.

Je manque sincèrement de crédibilité. Mon manque de repos laisse sous-entendre que je mens.

- Tu es sûr de ça ? Qu'est ce que tu ne me dis pas ? Tu sais, quand on est en politique, on repère le mensonge.

Je me mord les lèvres. Je calcule mal dans ma tête, je manque de concentration à cause de la terrible nouvelle : Mon parasite a profité de moi, et de ma copine.

- Rien monsieur. Tout va bien, s'il vous plaît ne dites rien à Selène.

Il s'est braqué, il sent que je contiens du lourd, et aucune bonne raison n'explique mon acte, du moins rien ne me viens sur l'instant. J'ai l'air coupable maintenant. Je commence à perdre le contrôle.

- Bon, garçon, maintenant je pense qu'il faut que tu me dises ce qu'il se passe. Tu m'inquiètes.

- Je possède un esprit en plus en moi...

Il semble attaqué par ce que je viens de lui dire. En regardant dans le miroir, je me rend compte qu'elle aussi, elle est totalement sous le choc. Pourtant, elle, ce maudit parasite était au courant depuis le départ.

- Tu es une âme perdue ?

Il est ébahis. Il passe par trente émotions différentes à la minute.

- Je croyais que ce n'était qu'une légende. Des conneries que l'on raconte aux enfants pour nous empêcher de dormir au bureau. Plusieurs affaires en font allusion, rien qu'en Pologne

Je suis à découvert. Je m'écroule au sol sous la pression. Qu'ai-je fais?

- Et quelle est ta tâche ?


Nous avons parlé pendant plus d'une heure.

Après toute attente, il se révéla être un allié de taille. Il m'expliqua certaines choses au sujet des âmes perdues qu'il avait déjà rencontrées. Il n'avait jamais vu personne arriver au bout de leurs quêtes, et il voulait que je m'en sorte. A cet instant, il me semblait même plus motivé que moi de m'en sortir.

Le lendemain, je partageais avec lui le fruit de nos recherches avec mon esprit, et il me convint de partir dans les différentes villes notées. Il nous permit même d'obtenir des places d'avions pour la Russie, jusqu'à Saint-Pétersbourg pour débuter dans l'ouest de la région.

Deux semaines après, c'est sous le soleil de la fin de printemps que je ferme la porte de chez moi, sans informer personne. Viktor, le père de Selène m'assura que je ne devais pas m'inquiéter, il allait s'occuper de tout expliquer à ma mère.
Je partais en tant qu'invité diplomatique en Russie, grâce à l'homme à qui j'avais volé tous les renseignements concernant ma mission.

Selène vint m'embrasser, ne sachant toujours rien du détail de mon expédition. Viktor succéda à sa fille.

- Tout va bien se passer mon grand, on va te sortir de ce pétrin. Tu verras un collaborateur Russe te recevoir à l'aéroport. Sois courageux, et fort. Tu vas en avoir besoin.

Il s'éloigne de moi, l'air triste. Je ne comprenais pas son soudain changement de comportement. Je lui fis un signe de la tête. Et monta avec mon simple et maigre sac de voyage.




avatar
Le Père des Exorcistes
Admin
Admin

Date d'inscription : 24/04/2015
Force : 54588
Age : 20
Messages : 39
Localisation : Russie

Carte d'identité
Nature:

Re: Mauvais augure

Message par Le Père des Exorcistes le Mar 10 Mai - 20:09

Sa montre indiquait dix-sept heures. Le type était en retard. Ils arrivaient peut-être de loin, mais il ne fallait pas trois jours pour venir depuis Saint-Pétersbourg ! Un soupire. Elias détestait les gens en retard. (Il détestait les gens tout court.) Il regrettait presque d'avoir accepter cette rencontre stupide. Avec le remaniement des équipes internes, après le départ des fidèles du précédent Père Vladimir (ils n'allaient pas rester en vie longtemps ceux-là), il avait très peu de temps pour lui. Même une Âme Perdue ne justifiait pas son laxisme du jour. Sa vengeance sur Ky, en revanche... Il se redressa légèrement, en se rassurant avec cette pensée. Il s'autorisa même un petit sourire. Un peu plus loins, le ronron d'un moteur commençait à se faire entendre.

" Enfin ... "

Elias se leva. Il épousseta son costume, et posant sa canne devant lui, s'appuya nonchalamment sur son manche. Il se demandait à quoi allait ressembler cet imbécile. Une jeune tête blonde, plein d'espoir ? Il allait pouvoir le briser, lentement mais surement, comme il aimait le faire. Il lui dirait tout. Tout ce qu'il voulait savoir. Puis il l'écraserait. La voiture était presque à son niveau maintenant. Il fallait avoir l'air accueillant. Ses yeux glissèrent jusqu'au paquet de documents informatifs sur la ville qu'il avait apporté comme cadeau de bienvenue. Tout était paré. Un piège parfait. Et avec de la chance, l'Alliance enverrait des Âmes pour le sauver. Cette idée le faisait rire. Il allait, grâce à cet inconscient, porter un coup à Ky, et à Anje. Finalement, sa journée s'annonçait douce.
avatar
Zincir
Âme Perdue

Date d'inscription : 16/04/2016
Force : 5765
Age : 22
Messages : 24
Localisation : Varsovie

Carte d'identité
Nature: Âme Perdue

Re: Mauvais augure

Message par Zincir le Mar 10 Mai - 21:27

Tout le monde me semble bien coopératif et préoccupé par ma présence.

Le flot d'information est bien conséquent pour cet homme que je suis. On me concède tout, on ne discute rien de ce que je dis, et l'on me prend vraiment au sérieux lorsque je raconte mes recherches. Peut être même avec trop d'intérêt. Je ne voulais pas être trop paranoïaque. Elle murmurait dans ma tête d'être prudent. Tout ceci me laisse penser que cette organisation pouvait être l'oeuvre du KGB, c'était possible.

- "Ou bien les exorcistes." Chuchote-t-elle comme le vent pour ne pas perturber trop mon visage neutre.

Ky m'a prévenu qu'ils représentaient un danger mortel, et Viktor ne m'aurait probablement pas envoyé ici en connaissance de causes. Je suis, après tout, le chéri de sa seule fille adorée. Cependant l'idée m'a déjà traversée l'esprit. Je regarde par la fenêtre la très grande demeure, et cet homme, le visage tracé par la dureté de son âme. Il ne me semblait pas rassurant, dans le fond, mais il inspirait cependant une marque de confiance, un peu comme une marque paternelle, et marqué par quelques rides.
On s'arrête, mon conducteur que je commence à apprécier me dit sur un ton simple :

- Père Elias est un homme très occupé et il a fait beaucoup de concessions pour pouvoir vous recevoir aujourd'hui. Essayez d'être aussi respectueux que possible, et n'allez pas contre lui. C'est un homme bon qui se bat pour le bien de l'humanité, donc soyez reconnaissant, monsieur Grimes. Nous sommes déjà en retard...

Je sors de mon calèche et j'approche de l'homme. Il est droit comme un I et ne m'esquisse qu'un sourire discret. Il a l'air a la fois agacé, et satisfait. Comme si il m'attendait tel un cadeau de Noël.

- Mon père, je vous remercie de m'accueillir.

Je l'ai dis d'un ton assuré et confiant. Je me montre plus inaccessible qu'il l'est avec moi, en gage de respect et de rigueur envers lui et moi-même.

Il lâche sa main droite de sa canne, contenant un dossier écrit en grosses lettres très visibles et très aguicheur : Privideniye. Il le coince sous son bras gauche et me tend sa main.
Nous nous serrons donc la main en se fixant droit dans les yeux, et à cet instant je ressens une grande froideur dans mon être, lorsque mon regard se plongea dans la même trajectoire que le fond de ses yeux.

Je m'efforce de rester le plus naturelle possible. Il se décrispe, bien que tous mes sens, à moi, se mettent subitement en éveil. Il y a dix-huit gardes dans les vingt mètres autour de nous. Une lunette de fusil sniper me surveille. Je le ressens du coin de l’œil. Où suis-je, là ?

avatar
Le Père des Exorcistes
Admin
Admin

Date d'inscription : 24/04/2015
Force : 54588
Age : 20
Messages : 39
Localisation : Russie

Carte d'identité
Nature:

Re: Mauvais augure

Message par Le Père des Exorcistes le Dim 15 Mai - 21:04

Le gamin sorti de la voiture ne ressemblait pas à l'abruti qu'Elias attendait. Et une sorte de violent malaise s'échappait de lui. La fille en nuances de gris à ses côtés gardait les bras croisés.

" Son parasite est bien mieux armé que je ne le pensais, pour un nouveau-né... " songea le Père.

Il se crispa. Son naturel masque de gentil petit vieux était bloqué quelque part entre cette mauvaise surprise et les questions que ça soulevait. Il resta alors figé, esquissant un semblant de sourire pour ne pas paraitre impoli.

" Mon père, je vous remercie de m'accueillir. "

Cette phrase bancale donna a Elias une sincère envie de rire. Est-ce que ce gars se rendait compte du ridicule quand il prononçait ces mots ? Est-ce qu'il le prenait pour un curé ? Le Père se souvint que le garçon n'avait pas la moindre idée d'ou il allait. D'où il était, en fait. Il coinça le dossier sous son bras, et lui tendit une main, pour lui souhaiter la bienvenue.

" Enchanté. Appelle moi Elias. Et tu es ? "

Pas un son ne provenait de ses pensées. Elias n'avait pas pour habitude de se trouver face à des esprits aussi récalcitrants. Le garçon le regarda droit dans les yeux. Il s'efforça de ne rien laisser paraître, mais il sentait que quelque chose clochait. Le parasite tournait autour d'eux, observant les lieux avec un mélange d'intérêt et de méfiance. S'il ne faisait rien, il risquait de perdre l'avantage de la surprise, et même, peut-être, de faire une erreur qui lui couterait cher. Il serra les dents, prêt à donner le signal de tir à ses hommes à la moindre hésitation.
avatar
Zincir
Âme Perdue

Date d'inscription : 16/04/2016
Force : 5765
Age : 22
Messages : 24
Localisation : Varsovie

Carte d'identité
Nature: Âme Perdue

Re: Mauvais augure

Message par Zincir le Mar 17 Mai - 10:46

- Zincir Grimes, monsieur. Ai-je dis sans ajouter de quelconques détails.
Il m'analyse en profondeur. Son regard concentré lui donne un air à la fois grave et sérieux. Il inspire quand même confiance, mais cette attitude est légèrement déroutante.

L'odeur de fumée me donne cependant la nausée à cet instant. Le stress et la tension du voyage joue sur ma résistance naturelle. Je me focalise sur ses yeux pour ne laisser aucune émotion ou faille paraître. Le plus important me semble de ne surtout pas perdre la face, face à mon interlocuteur.

Après quelques secondes de silence, je détourne le regard autour de nous, ne brisant jamais la ligne de son regard en stabilisant mes yeux toujours plus haut que le sien.

- Bon Zincir, ça ne te dirait pas d'avoir l'air naturel ? Me chuchote ma seconde.

- "Tu as vu sa prestance ? Si je marque un moment de faiblesse, de relâchement, j'ai l'impression que je vais me faire écraser sous son influence. Plus j'ai l'air imperceptible, plus j'ai de chance d'être perçu comme son égal." Ai-je pensé à voix haute dans ma tête pour qu'elle puisse entendre mes pensées.

Je lui fais dos pour continuer mon inspection des alentours, comme un vigile.

- Je n'ai pas l'impression que tu sois le seul à être sondé. Il regarde quelque chose d'autre en plus.

Je finis mon tour sur moi-même et vérifie l'évolution de son trajet optique. Il est resté rivé au niveau de mon front. L'air devient soudainement un peu frais. Je fais mine de prendre une grande bouffée d'inspiration pour pouvoir justifier que je relève mes yeux sur le toit du sniper pour voir son comportement à lui aussi. Statique.

- C'est vraiment époustouflant comme lieu. Je suis admiratif. Me suis-je permis de dire pour calmer le jeu gelé d'entrée.

- Je n'ai pas confiance en lui. M'a-t-elle murmurée alors que j'affichais un sourire ravi.

- "Et tu vois d'autres solutions pour le moment ? Non, alors on se plie aux règles, et on va jusqu'au bout." Ai-je répondu, sur une pensée irritée.
avatar
Le Père des Exorcistes
Admin
Admin

Date d'inscription : 24/04/2015
Force : 54588
Age : 20
Messages : 39
Localisation : Russie

Carte d'identité
Nature:

Re: Mauvais augure

Message par Le Père des Exorcistes le Sam 28 Mai - 13:02

Exclamation Propos violents / torture

Il n'entendait rien. Rien du tout. Pas un mot. Et il détestait ça. Personne ne résistait à Elias. Cette aberration n'était déjà advenue qu'une seule fois, avant. Une seule autre personne avait su lui résister, et il l'avait détruite. Il se souvint de comment il avait arraché son parasite de son âme, et la satisfaction qu'il avait eu de la voir se tordre de douleur, à l'agonie, alors qu'il pouvait, enfin, entendre quelque chose sa tête, les hurlements de supplication qu'elle poussait alors qu'elle agonisait. Son regard glissa sur la fille en noir et blanc dont il voyait les lèvres bouger, mais sans parvenir à capter un son. Peut-être que s'il le touchait ...

" C'est vraiment époustouflant comme lieu. Je suis admiratif. "

Elias haussa un sourcil. Il lui fallut un instant pour redescendre de ses pensées. Comprendre, vite. Il fit volte face pour observer sa maison.

" Oui ... Oui, c'est aussi ce que je crois. "

L'endroit semblait tellement calme. Le Père savait ce que cachait ce calme apparent. Il avait lui même construit l'illusion, en détruisant tout le laxisme qu'il avait trouvé en prenant le pouvoir.

" Bien ... Hm. "

Il récupéra le dossier coincé sous son bras, et jeta un regard vers le jeune homme.

" J'ai apporté ce que vous vouliez. "

Il lui tendit le dossier.

" Tu as là dedans tout ce qu'il y a à savoir sur Privideniye, sur la vieille ville qui fut rasée à ce qu'elle est aujourd'hui. Je sais, c'est un peu gros. Il y a également un annuaire, en annexe. Il répertorie tous les morts fait par la guerre, par sexe, âge et ordre alphabétique. "

Le parasite s'était rapproché du dossier avec une lueur curieuse dans les yeux.

" Prends-le. C'est pour toi. "

Le claquement d'une porte dans son dos fit soupirer Elias. Il avait perdu trop de temps.

" Père Elias ! "

La voix de Rolan était dure. Quelque chose n'allait pas. En quelques pas, il s'approcha de son supérieur.

" Votre invité vous attend. "

Il jeta un regard en coin à Zincir.

" Peut-être que le jeune à eu ce qu'il voulait, non ? "

Il plissa les yeux.

" Ou peut-être que vous voulez le faire entrer, et rencontrer votre autre... invité ? "

Elias fixa son regard sur le jeune homme.

" Mh, je pense que nous devrions le laisser choisir. "

Il afficha un chaleureux sourire.

" Tu prends le dossier, alors ? Il n'y a pas de piège, tu sais. Comme tu peux le constater, je suis attendu. J'ai quelques... soucis à régler. Mais rien qui ne puisse attendre. " un regard froid dissuada Rolan de répliquer, " Alors que fais tu ? Tu as le choix. Mon chauffeur peut t'emmener dans la vieille ville, avec ce dossier en ta possession, tu trouveras les réponses que tu cherches, s'il y a quelque chose pour toi dans cette ville. Sinon, tu peux entrer avec moi. Je te ferais visiter les lieux. Je suis certain que ça s'avèrerait ... " il scanna le jeune homme, " Intéressant. "

Dossier en main, bras tendu vers Zincir, l'autre indiquant le chemin de la villa, Elias savait qu'il tentait le jeune homme. Et il sentait que tout allait bientôt basculer.

Ton choix !:
Wink Salut Zincir !
A ce stade, tu as le choix. Partir avec le dossier, avancer dans ta quête et peut-être commencer à trouver des indices sur l'histoire de ton parasite, dans un nouveau RP;
ou alors, tu peux décider de me suivre à l'intérieur, et de rencontrer mon autre "invité" ...
A toi de voir !
avatar
Zincir
Âme Perdue

Date d'inscription : 16/04/2016
Force : 5765
Age : 22
Messages : 24
Localisation : Varsovie

Carte d'identité
Nature: Âme Perdue

Re: Mauvais augure

Message par Zincir le Jeu 2 Juin - 13:00

"Il n'y a pas de pièges, tu sais."
Peut on dire qu'il n'y a pas de piège lorsqu'il y en a un ? La tentation est grande de le fuir tout de même.
-"Tu n'y penses pas ?" Commence-t-elle à s'affoler.

Je me permet de n'offrir aucune réponse à mon parasite. Je reste celui qui décide. La seule chose qu'elle peut ressentir, c'est mon regard insistant et indécis vers Elias.

- "Laisse tomber Zincir, on s'en va et on ne fait pas d'histoire."

Toujours aucune réponse. Je ne me laisse plus déstabiliser par elle à présent. Je remonte mes yeux vers l'homme qui, encore une fois, agite d'un petit coup de réitération le dossier. J'affiche donc un gentil sourire, et attrape le dossier.

- Merci beaucoup, Monsieur. Je suis vraiment honoré d'obtenir votre soutien. Quant à votre nouvelle offre, je ne suis pas certain de mériter une telle attention. Vous êtes apparemment un personnage particulièrement occupé. Je crains de ne faire que vous ajouter une contrainte sur un créneau déjà bien rempli.

- "Ouf... Au bout d'un moment j'ai vraiment cru que tu allais..."

- Cependant, j'ai fais vraiment beaucoup de chemin pour arriver jusqu'ici, alors si cette invitation est sincère, je trouverais vraiment gratifiant de visiter les lieux. Je ne suis pas si pressé de repartir.

- "Non mais qu'est-ce qui cloche chez toi sérieusement ? Tu vas vraiment pas bien ! C'est le piège le plus grossier de l'univers et toi tu sautes dedans comme ça ?"

Je commence à sentir mon corps monter en température. Comme un coup de fièvre imprévu.

- Excusez-moi messieurs, je ne me sens pas très bien... Je... Je crois que je fais un malaise.

Je m'assied là-même, sur le sol. Je respire bruyamment, me préparant à passer dans un état de trépas très rapidement. Je relève la tête vers Elias qui ne semble pas me prendre vraiment au sérieux. J'essaye de me concentrer sur le rythme de mon cœur qui reste étonnamment bas malgré ma sensation de faibl...


- Excusez-moi, je ne me suis pas senti très bien sur l'instant. Je ne sais pas ce qui s'est passé.

Le corps se relève et se replace de façon droite devant l'homme sur sa canne. La main remonte à portée des yeux pour l'observer avec intérêt.

- Je pense que je vais étudier ce dossier calmement dans un endroit plus adapté. Je vais maintenant me retir...
Elle n'arrive pas à finir sa phrase. Elle sent que quelque chose résiste dans le corps. J'arrive à placer un message délicat pour l'imposteur. Elle baisse les yeux jusqu'à la main gauche qu'elle ne contrôle pas très bien. Le poing serré, le majeur pointé vers le bas me semble bien suffisant pour indiquer mon mécontentement. Le père Elias ne l'a pas vu car lui et son cortège son actuellement en train de faire volte-face pour me laisser. J'attrape sa manche pour le retenir.

- "Bienvenue dans la Gueule du loup."

- Je vais venir avec vous. Ai-je réussi à placer clairement et avec intérêt.

- "ZINCIR !!!"
avatar
Le Père des Exorcistes
Admin
Admin

Date d'inscription : 24/04/2015
Force : 54588
Age : 20
Messages : 39
Localisation : Russie

Carte d'identité
Nature:

Re: Mauvais augure

Message par Le Père des Exorcistes le Dim 19 Juin - 21:09

« Rolan, occupe toi du petit, tu veux ? » avait lancé le Père, un peu vaguement.

Le spectacle était terriblement amusant. Il avait l'impression d'observer un combat de catch entre un phacochère et une crevette. Le minot semblait plutôt fort, pour résister a ce parasite. Elle avait l'air teigneuse. Elias se perdit à compter le temps qu'il lui faudrait pour l'arracher de l'âme de ses propres mains. Quelques minutes, pas plus. Mais surement pas moins. Il était lucide là-dessus.

Son bras droit remonta rapidement la petite butte qui les séparait et attrapa le bras du garçon pour le soutenir.

« Ca va, tu peux marcher ? »

Le gosse hocha la tête. La grise – appelons là comme ça – ne semblait vraiment pas contente. Elle semblait même carrément paniquée devant l’annonce de son hôte.

Elle ne veut vraiment pas entrer.

Il sembla à Elias qu’elle esquissait un geste de recul. Cette merde avait visiblement prit le contrôle de ce Zincir. Il allait lui filer entre les pattes, alors qu’il s’était livré sur un plateau. Le Père commençait à se sentir contrarié. Il resserra les doigts sur sa canne. Une âme si puissante… Ca faisait longtemps. Et il était prêt à parier que son invité s’entendrait à merveille avec lui. Il soupira.

« Tu sais que tu ne vas nulle part, n’est-ce pas ? » il avait changé catégoriquement de ton.

Bas les masque, Elias. Elle a trop peur pour n’avoir pas compris.

Devinant l’ordre silencieux du père, Sobolevski resserra son emprise sur le bras du garçon, et d’un coup sec, abattît le plat de sa main dans sa nuque. Il y eut un vague craquement, et il s’effondra, retenu par l’exorciste.

« Bien. Trainez-le à l’intérieur. Je crois qu’il aura des questions. »

*

Elias fixait le combiné de son téléphone. Il avait pourtant laissé un message. Il lui semblait avoir été clair, et plutôt persuasif. Mais peut-être qu’il se trompait ? Peut être qu’il avait surestimé l’importance de ce gamin, et l’intérêt de sa némésis dans la vie des âmes. Ou alors, elle savait qu’elle n’avait pas la moindre chance contre lui. Ce qui était une possibilité, puisqu’elle était intelligente, et d’habitude plutôt réfléchie.

Le téléphone qui ne sonnait pas l’agaçait tout de même prodigieusement.

Le Père soupira. Il y avait quelque chose dans l’air depuis que ce garçon s’était évanoui, quelque chose qu’il n’aimait pas du tout. Ca avait des senteurs de surprise. Elias détestait les surprises.

« Adrianne ! »

Une petite brune en tailleur bleu releva les yeux de sa tablette.

« Oui ? »

Elias hésita un instant. Il la dévisagea, lentement, terriblement, avec un vague lascif dans le regard.

vulgaire, sexuel, violent:
Il se demanda un instant s’il n’allait pas lui demander d’écarter les cuisses pour lui. C’était le genre de chose qu’il aimait faire à ses secrétaires. Les dominer. Les écraser sur son bureau, le dos cambré, sa main refermée sur leurs cheveux emmêlés. Il prenait les femmes comme on se sert d’un objet, et les jetait quand il n’en voulait plus. Les moins chanceuses servaient à assouvir ses fantasmes plus … sanglants. Il savait qu’Adrianne suçait bien, pour avoir entendu son fiancé s’en vanter auprès des autres hommes de la garde rapprochée. Un petit frisson sadique lui fit se demander comment réagirait le type s’il décidait de violer sa petite amie devant lui. Il le ferait peut-être si l’occasion se présentait. L’idée lui plaisait. Peut-être même qu’il les ferait tuer tous les deux ensuite, juste pour s’amuser un peu. Ses chiens n’avaient plus eu de viande fraiche à chasser depuis plusieurs mois déjà. Ca remontait à … Louise, c’est ça ? La dernière secrétaire avait tenu dix-sept secondes dans le parc des clebs. Rien d’amusant, et beaucoup trop de sang au goût d’Elias. Il préférait celles qui criaient et qui se débattaient. En mourant, elles avaient quelque chose de plus… jouissif que les autres. Il ne se souvenait même plus pourquoi il l’avait jetée aux chiens. Quelque chose comme « je refuse d’être votre objet sexuel ». Très drôle. Il l’avait prise, comme toutes les autres. Et punie. Il était presque sur qu’Adrianne serait plus combative.

Il secoua la tête. Ce n’était pas le moment de penser à jouer. La fille avait gardé son air pincé, et avait resserré les cuisses en remarquant l’inspection déplacée. Mais bien sûr, elle n’avait rien dit.

« Soyez un amour, Adrianne, allez me chercher des nouvelles du petit. Je ne voudrais pas que notre invité l’ait trop abimé. »

La fille sembla se détendre. Professionnelle, elle se leva, referma la protection de sa tablette, et la serrant contre sa poitrine s’éloigna rapidement.

Au même moment, la sonnerie tant attendue résonna dans le bureau. Un sourire étira ses lèvres.

*

Adrianne replaça une mèche derrière son oreille. Ses talons claquaient sur les plaques de béton au sol, et la raideur de ses muscles accentuait la force de ses pas. Elle avait vraiment envie de vomir. Le Père Elias la dégoutait. Elle avait accepté le job contrainte et forcée, parce qu’Yrloff le lui avait demandé. C’était important pour lui de faire bonne figure devant le patron. Mais elle avait vu ce qui restait de l’autre fille. C’est à elle qu’Elias avait demandé de nettoyer la cage. Les pitbulls et les staffords avaient du sang partout. C’était effrayant. Et les gars racontaient des trucs. Qu’il lui aurait fait des choses, avant de la jeter là dedans. Des trucs affreux, selon Rolan. La fille avait crié. Ils l’avaient entendue jusque sur le toit. Adrianne ne voulait pas vivre ça. Et Yrloff ou pas, elle n’hésiterait pas à prendre le premier vol pour le bout du monde si elle avait peur de quoi que ce soit.

La cellule 604 se dessinait droit devant. Deborah et Max discutaient à voix basse.

« Salut les filles. »

Max releva la tête. C’était une des plus puissantes exorcistes qu’Adrianne connaissait. Elle était bien plus puissante qu’Yrloff. Peut-être autant que Rolan. Elle qui n’avait aucun pouvoir, elle admirait ça. Max était une show-stuff. C’était ces exorcistes qui avaient des pouvoirs visuels. Des pouvoirs que même les sans-vue pouvaient voir. Adrianne appréciait vraiment cette fille.

« Adrianne. Tout va bien ? »
« Le Père demande des nouvelles. Ils sont toujours là-dedans ? »

Max tourna les yeux vers sa collègue.

« Je viens d’arriver. Deb n’a rien signalé. »

La blonde croisa les bras.

« Ouais. Y a pas eu un bruit. J’pense que l’gosse doit pas avoir émergé. Va savoir si Rolan l’a pas loupé. Il est p’t’êt’ crevé. »

La tablette vibra. Adrianne jeta un rapide coup d’œil au mail qui venait d’arriver, et se mit à tapoter sur le clavier numérique pour répondre.

« Impossible. Rolan est l’homme le plus précis que je connaisse. S’il n’a pas voulu le tuer, le gosse est en vie, » elle marqua une pause, puis relevant les yeux par-dessus ses lunettes en continuant de taper, « mais est-ce que vous êtes entrain de me dire que personne n’est entré là-dedans depuis hier ? »

Les deux filles échangèrent un regard.

« Ne juge pas. Même Rolan n’y va pas. C’est le Père qui a rentré le gamin. Si tu veux y aller, vas-y, mais nous on passe juste les plateaux par la trappe. On nous fera pas rentrer avec … »

Max se coupa. Elle semblait presque gênée de terminer sa phrase.

« Quoi, ce type vous fait peur ? »

L’air sombre qui éteignit le visage des deux exorcistes semblait en dire long. Si même Rolan ne s’y risquait pas …

« T’as pas vu de quoi il est capable. C’est pas pour rien que le Père a fait sceller la porte par des chaines spirituelles. C’est le seul truc qui marche avec ce… monstre. N’y va pas Adrianne. »

La jeune secrétaire fit la moue. Elle termina de tapoter sur son clavier. Puis finalement, elle fit volte face en remerciant vaguement les deux femmes. Elias attendait son rapport.


*

Le garçon n’avait pas bougé depuis un moment. Il lui avait gardé de l’eau, du pain, et un bol de soupe. C’était froid, bien sûr, mais c’était mieux que rien. Il faisait terriblement noir dans la cellule. Trop noir. Il ne comptait plus les heures. Les jours ? Et ces horribles chaines au mur qui sifflaient …Est-ce qu’il était le seul à entendre ça ? Il se recroquevilla dans un coin, complètement invisible à tout visiteur. Il se sentait tellement seul. Sur la paillasse, l’autre sembla se tortiller. Il s’écrasa encore plus dans l’obscurité de sa cachette, et observa la suite.
avatar
Zincir
Âme Perdue

Date d'inscription : 16/04/2016
Force : 5765
Age : 22
Messages : 24
Localisation : Varsovie

Carte d'identité
Nature: Âme Perdue

Re: Mauvais augure

Message par Zincir le Dim 26 Juin - 14:41

Exclamation Grossièretés gratuites, enfin, 'savez, comme quand on est enfermé dans une cellule dans le noir complet. Exclamation

J'ouvre les yeux, l'un après l'autre, comme un lendemain de cuite. Pas trop de douleur à la tête, juste une sorte de souvenir lointain de choc.
Je ne vois rien, seulement le jour passant par les contours de la porte.

Visiblement je suis au sol. Par concentration, j'essaye de reconstituer ce qu'il s'est passé. Elle a voulu me contrôler, j'ai résisté du mieux que j'ai pu, et c'est flou. Je crois qu'elle n'est pas rentré dans son jeu et chercha plutôt à fuir, ce qui était en parfaite contre-indication de mon plan.

Le signe du réveil d'un homme mal luné.:
- Tu pètes les couilles, putain. Ai-je craché à haute voix.
Aucune voix dans ma tête ne répond.
- Oh, j'te parle. Maintenant qu'on est je ne sais où; dans la galère, en plus, ça gênerait Mademoiselle la princesse de me répondre ?
Je ne l'entend pas.

Je me relève en soufflant. Je passe ma main contre le mur pour sonder la pièce. Je marche à tâtons en longeant le mur. Je finis par taper un bol, peut-être un peu trop fort car il se renverse sur mes chaussures.

- Merde, dans quoi je viens de taper? Me suis-je indigné.

Je passe mon doigt sur la zone touchée. Visiblement ce fut de la nourriture.

- Pfff... Génial. Mes chaussures sont dégueulasses maintenant. Ai-je murmuré à moi-même.

Je frôle le sol pour récupérer le bol. En le cherchant, je tombe sur un autre bien rempli, de l'eau, en espérant que ce le soit... Et du pain, en vue de la texture entre mes mains.
Je goûte, et oui, c'est bien du pain.
J'arrive jusqu'à la porte dégageant la fine raie de lumière. Sans appeler personne, je passe juste ma main dessus. J'entend un sifflement, assez strident, c'est pas très agréable, même si le son est particulièrement atténué. Une trappe aussi, fermée de mon côté, donc d'aucune aide.

Je pose ma tête sur la porte en acier pour tenter d'entendre quelque chose. Je me concentre autant que je peux, mais c'est comme si j'étais entièrement isolé dans la pièce. Cependant, je ressens d'un coup une présence. Non pas dans mon corps, mais dans la pièce.

Je laisse donc mon sens me guider et je pose mes pas les uns après les autres avec assurance et m'accroupis devant la seule autre source de vie présente.

- Eh, c'est quoi ce bordel ? Ai-je demandé à voix basse.

J'entend uniquement des bruits de frottement de ses vêtements. En m'accroupissant je me rend compte de quelque chose de particulièrement intéressant : J'ai mon téléphone dans ma poche. Cela ne pouvait pas être un coïncidence qu'on me l'ait laissé. J'appuis sur le bouton de déverrouillage. La lumière m'éclaire violemment et me crame les rétines. Il me reste 31% de batteries. Je réduis les paramètres au minimum pour le faire durer le plus de temps possible.

J'éclaire la personne. Il fronce beaucoup les sourcils à cause de la surcharge de lumière.

- Regardez, j'ai mon téléphone. L'ai-je stupidement informé, comme si il ne l'avait pas vu.
avatar
Le Père des Exorcistes
Admin
Admin

Date d'inscription : 24/04/2015
Force : 54588
Age : 20
Messages : 39
Localisation : Russie

Carte d'identité
Nature:

Re: Mauvais augure

Message par Le Père des Exorcistes le Dim 26 Juin - 15:44

La lumière aveuglante le fit sursauter. Il n'avait plus l'habitude. Par réflexe, il bascula en arrière et se frappa violemment le crâne contre le mur. Une vive douleur l'assomma. Pourquoi est-ce qu'il avait fait ça ? Ce type était vraiment pas sympa. Lui qui lui avait gardé de la soupe ... Il l'avait renversée en plus ! Une si bonne soupe ... Ce type était vulgaire, et méchant. Il ne l'aimait pas. Pas du tout. Les chaines avaient crié, en plus, à cause de lui. Quand il avait touché la porte. Ça lui avait fait mal. Il ne fallait pas toucher la porte. Jamais. Les larmes aux yeux, il se recroquevilla dans son coin, en chouignant.

" Merci, j'ai vu... " il grogna, à propos du téléphone.

Sa petite main se glissa dans sa tignasse blonde, les yeux plissés.

" Tu peux l'éteindre maintenant ? Tu m'as fait mal. "

Il aurait voulu pouvoir le pousser. Mais il ne voulait pas bouger. Et puis il avait quelque chose dans les cheveux qui l'inquiétait un peu. Ça collait. En ramenant sa main devant ses yeux dont la vision s'était flouée, il constata qu'un genre de liquide rouge tâchait ses doigts.

" Je saigne. " s'étonna le garçon en écarquillant les yeux.

Il se sentait triste maintenant. Et fâché. Il voulait sa maman. Ou même son papa. Il voulait un bisou magique, et qu'on le soigne. Retrouvant un semblant de force que seuls les enfants peuvent trouver dans la douleur, il se releva maladroitement, et pointant un doigt accusateur vers le nouvel enfermé:

" Ça t'amuse de faire mal aux enfants, hein ? Parce que tu es grand tu crois que tu as le droit ? N'importe quoi ! Tu es juste méchant ! Tu es méchant ! "

Et il se mit à répéter de plus en plus fort que l'autre était méchant, en boucle, comme une incantation. Au mur, les chaînes se mirent doucement à grésiller, et à rougir. Le métal réagissait en même temps que le petit s'énervait. Ça avait quelque chose d'assez terrifiant.
avatar
Zincir
Âme Perdue

Date d'inscription : 16/04/2016
Force : 5765
Age : 22
Messages : 24
Localisation : Varsovie

Carte d'identité
Nature: Âme Perdue

Re: Mauvais augure

Message par Zincir le Dim 26 Juin - 16:43

L'air devient chaud. Très chaud, c'est entrain de tourner mal. On m'a enfermé avec un démon, apparemment. Qu'est-ce que je n'aime pas les mioches qui gueulent...

- EH ! Eh, eh, eh... Chhhhhht. Tout va bien, je ne vois rien, j'étais dans le noir, j'avais franchement faim, je suis désolé pour la soupe. Je ne pouvais pas savoir. Mais si tu veux je peux lécher ma chaussure si ça te fait plaisir. Restons calme. ai-je préconisé en tentant d'atténuer ses cris.

Il se calme dès que je range mon téléphone. Le temps que mes yeux se réhabituent, je distingue parfois quelques reflets brillants dans ses yeux. Une source de lumière autre fait son irruption. Des chaînes accrochées au mur semblent très faiblement lumineuses, comme si le métal lui-même est entré en fusion. Je comprend mieux l'augmentation de température de la pièce.

- Qu'est ce que tu fais ici, petit ? Tu sais tu peux tout me dire. Je ne veux pas être méchant, je suis juste perdu, j'ai juste besoin que tu me guides. Tu sais quelque chose ? Comment tu t'appelles  ? Qu'est ce qu'on fait ici ?...

Je l'entend doucement calmer son sanglot.

- ... Combien de temps on nous a enfermé là ? Longtemps ? Je te promet de t'aider à sortir si c'est ce que tu veux, bien entendu. Dis-moi ce que tu veux. Lui ai-je chuchoté.

Il ne me répond pas encore. Je pose ma main sur son genoux.

- Eh, je t'assure que ça va aller. Je m'appelle Zincir, et j'ai dormi tellement longtemps que je ne me souviens que de Père Elias. Tu sais qui c'est ? C'est un gentil ou un méchant ?
avatar
Le Père des Exorcistes
Admin
Admin

Date d'inscription : 24/04/2015
Force : 54588
Age : 20
Messages : 39
Localisation : Russie

Carte d'identité
Nature:

Re: Mauvais augure

Message par Le Père des Exorcistes le Dim 26 Juin - 19:55

Il respirait fort. Il s'était un peu calmé, mais il respirait fort. Quand il s'énervait comme ça, ça le fatiguait. Alors il se laissa tomber à genoux. Il ne faisait plus aussi noir, maintenant que les chaînes brillaient un peu. Et il faisait un peu plus chaud. C'était mieux, selon lui, quand il faisait chaud. L'autre garçon lui posait plein de questions. Il n'était pas certain de vouloir répondre. Après tout, ce n'était pas parce qu'il s'était excusé qu'il l'aimait pour autant. Ce type avait l'air méchant, puisqu'il lui avait fait mal. En plus, il avait quelque chose de louche, dans les yeux. Quand il posa sa grande main sur son genoux, le recouvrant presque entièrement, il sentit une étrange douceur l'envelopper. Personne n'avait été gentil comme ça avec lui depuis longtemps. Sa maman lui manquait. Ses petits yeux mouillés, il recula, rompant le contact, et alla s'adosser au mur en se trainant par terre.

" Je sais pas qui c'est, père Elias. "

Il essaya de se rappeler de tout ce qu'il lui avait demandé, pour lui répondre au mieux. Après tout, il les lècherait peut-être pour de vrai, ses chaussures, si il le lui demandait ?

" Moi aussi je voudrais partir. Ca fait trop longtemps que je suis là. Toi, c'est juste hier que tu es venu. Tu as dû les fâcher, toi aussi. C'est peut-être à cause du méchant monsieur qui a mangé mon papa. "

Celui qui s'était présenté comme s'appelant Zincir - quel nom bizarre - eut un mouvement de recul.

" Moi je n'ai vu personne d'autre que lui, depuis que je suis là. Sauf quand je suis arrivé, il y avait beaucoup de monde. Mais maintenant... C'est parce que je n'ai pas été sage. Il y a des filles parfois devant, mais elles ne viennent pas. Le méchant monsieur a dit que c'était parce que j'étais puni. Et à cause des chaines ... "

Il leva les yeux sur le métal qui semblait rester rouge, malgré le ton plus calme qu'il employait. Leur sifflement était lancinant. Il couina. Ce bruit, il l'entendait en permanence, et ça lui faisait mal à la tête. Il avait faim, il avait soif, il avait froid, et il y avait cet horrible bruit qui lui éclatait les tympans. Désespéré, il plaqua ses deux mains sur ses oreilles.

" Tu peux les faire arrêter ? J'ai mal. Je veux qu'elles arrêtent de siffler. Sinon... "

Sa phrase resta en suspend alors qu'il fermait les yeux aussi fort que possible.


*

Ce fut comme une secousse. Une violente vibration dans tout le mur auquel Max était adossée. Elle se redressa, interpelée.

" Hé ! Y a quelqu'un ? "

Des bruits de pas dans la salle de contrôle s'approchèrent du couloir. La jeune femme avait reculé doucement, fixant la porte de la cellule 604 avec un air effrayé. Bientôt, Yrloff apparût, arme au poing.

" Max, qu'est ce que tu as ? "

L'exorciste tendit un bras tremblant vers la porte.

" Ça... Je suis pas folle, les murs ont bougé ! Va chercher le Père. Il se passe quelque chose là-dedans. "
" Mais ... "

Le regard entre peur et colère que lui lança sa collègue l'obligea à se taire. Il resserra les doigts sur la crosse, et déterminé, il fit volte-face dans le couloir, s'élançant vers l'escalier qui menait à l'étage.
avatar
Zincir
Âme Perdue

Date d'inscription : 16/04/2016
Force : 5765
Age : 22
Messages : 24
Localisation : Varsovie

Carte d'identité
Nature: Âme Perdue

Re: Mauvais augure

Message par Zincir le Dim 26 Juin - 21:54

Du bruit sourd commence a raisonner a l'extérieur. Une voix, peut-être trois.
Je me retourne vers le petit qui semble entrain de devenir dingue.

- T'inquiète pas petit. Je suis certain qu'il doit y avoir un moyen de les arrêter. Le seul soucis, c'est que actuellement je ne peux pas les toucher. Il faut juste attendre qu'elles soient froides. Ça marche? Puis tu sais quoi? Moi je suis le roi des enfants punis, et je réussis toujours a trouver un moyen pour lever une punition. Ai-je expliqué sur un ton pour l'amuser un peu.

Il semble un peu déconcerté.

- Lever une punition ça veut dire que quand je le décide, tu n'es plus puni. Et du coup, maintenant je dis que... STOP, c'est bon tu n'es plus puni. Maintenant on va se relever tout les deux et on va partir quand j'aurais trouvé la clé magique de la porte. Ai-je continué en lui chuchotant avec le sourire.

Ce gamin n'a rien de normal. Il n'est pas là sans raisons. Mais qu'elles soient bonnes ou mauvaises, il ne devrait sans doute pas rester ici.

Durant un instant je repense à ma vie passée. A Varsovie. Ma chérie et son père... Bon sang... Vais-je les revoir? Moi aussi je peux être porté disparu. Il a enlevé un petit. Et ses parents... "Il a mangé mon papa". Est-ce vraiment ca, ou n'est-ce qu'une manipulation des adultes?

- Si tu veux mon avis, on ne risque pas d'être encore puni très longtemps. Il va falloir jouer a la police et au voleur si on veut retrouver ta maman. Tu es prêt à m'écouter? Père Elias, c'est sûrement celui qui a mangé ton papa. Lui ai-je raconté avec un air entre le sérieux et le légèrement fraternel décoincé.

J'ai l'impression de l'avoir de plus en plus réceptif à mes paroles. À genoux à côté de lui, je lui raconte un secret pour lui montrer ma confiance.

- Tu sais quoi, c'est un peu comme si on était deux agents secrets. Comme Sherlock Holmes et Watson. On va dire que c'est toi Sherlock. C'est le plus intelligent et le plus fort. En plus on a des pouvoirs magiques. Moi je peux voir les gens dans le noir, et toi tu peux faire quoi?

Je souris et frotte mes mains l'une contre l'autre pour montrer mon enthousiasme.
avatar
Le Père des Exorcistes
Admin
Admin

Date d'inscription : 24/04/2015
Force : 54588
Age : 20
Messages : 39
Localisation : Russie

Carte d'identité
Nature:

Re: Mauvais augure

Message par Le Père des Exorcistes le Jeu 21 Juil - 23:06

" Pardon, mais c'est une urgence ! "

Le père releva un regard blasé sur l'intrus. Yrloff serrait son arme et avait le visage fermé. Il regarda à peine sa fiancé.

" Qu'est-ce qu'il se passe ? "
" La cellule 604. Les murs ... Max dit que les murs bougent. "

Elias plissa les yeux. Sa secrétaire arrêta un moment de tapoter sur sa tablette.

" Je vois. Dites aux cuisines que nous aurons un invité en plus ce soir. "

Le soldat hésita un instant, perturbé par la réponse.

" Je descend, Yrloff. "

L'homme recouvra ses esprits, et s'effaça en refermant la porte.

*

Comme si c'était possible, de voir les gens dans le noir. Lui, ça faisait déjà un bon moment qu'il restait dans le noir, et il ne prétendait pas pouvoir voir qui que ce soit ! Même si ses yeux avaient fini par s'habituer. Mais quand même, c'était intéressant si Zincir disait que le méchant type - celui qui a mangé papa - c'était ce Elias. Il ne l'aimait pas non plus. D'ailleurs, il aimait surement moins le méchant monsieur que ce nouveau type. Mais tout ça restait assez confus. Et puis de toute manière, il n'arrivait pas à se calmer, avec ce bruit ... Ses mains commençaient à chauffer sérieusement. Gardant ses yeux précieusement fermés, il se mit à frotter ses paumes contre la toile de son pantalon.

" Je sais pas qui c'est, Sherlock Molmce... "

Et puis quoi ? Il voulait jouer ? Comme si c'était le moment. Les chaines étaient vraiment trop bruyantes...

" Je ne veux pas jouer. En plus, il est nul ton pouvoir. Moi, si je pouvais choisir, j'en prendrais un mieux. "

Il n'avait pas le sens de l'amusement, ce type.

La porte s'ouvrit à la volée.


*

Max et Yrloff, armés, entrèrent en trombe dans la cellule. Leurs canons pointés sur Zincir, ils semblaient tous les deux dégouliner à grosses goutes. Derrière eux, une ombre se détacha. Elias, mains dans le dos, entra en souriant.

" Ah ! Tu es réveillé ! "

Il s'avança franchement, sans faire plus de cas du gamin qui chouignait dans son coin, et tendit une main bienveillante à Zincir. Il se sentait radieusement mieux, maintenant qu'il n'avait plus à jouer les gentils hôtes.

" Je suppose que tu n'as pas encore pris le temps de feuilleter le dossier que je t'ai fait ? "

Il désigna d'un vague signe de tête le dossier abandonné sur la couchette.

" Je te propose de le prendre avec toi. Il y a de la langue de veau ce soir. Ça t'ira ? Sinon je peux demander aux cuisines de te faire autre chose. "

Et sans changer de ton, le Père se tourna vers le garçon. Son sourire sembla s'attendrir légèrement.

" Et du gâteau pour le dessert. Chocolat et fruits confits. "

Le petit releva un regard gourmand.

" Joyeux anniversaire, Thomas. "

Et il quitta la pièce.
avatar
Zincir
Âme Perdue

Date d'inscription : 16/04/2016
Force : 5765
Age : 22
Messages : 24
Localisation : Varsovie

Carte d'identité
Nature: Âme Perdue

Re: Mauvais augure

Message par Zincir le Ven 22 Juil - 22:20

Je les regarde comme une poule devant une télécommande. C'est quoi ces types, sérieusement ?

Je reste sans bouger, mes mains en direction de la source de lumière pour atténuer la douleur oculaire. Visiblement, je fais attendre son altesse. Il n'a pas l'air vraiment d'humeur à patienter.
Je m'empare du dossier. Je regarde le gamin. Les chaînes semblent toujours le torturer. Bien que j'ai horreur des gamins et que celui-ci semble vraiment dangereux et instable, je m'en veux de le laisser en plan, en pâture à un groupe de terroriste comme celui dans lequel je réside actuellement.

- Je suis prêt, j'arrive messieurs. Me tournant vers le petit. Au revoir Thomas. Bon anniversaire. Sois fort...

Je lui souris en faisant tout mon possible pour lui apporter autant de soutien que possible. Mais sincèrement, je ressens que je perd mon temps avec lui.

Je sors de la cellule sans me faire bousculer, à ma grande surprise. J'ai même pas l'impression qu'ils me regardent. Je ne vois plus Elias. Une fois sorti, je regarde la salle assez étroite. La femme et l'homme ne me surveillent pas. Du coin de l'oeil, je réalise qu'un portable est resté sur le bureau. Il n'est pas verrouillé. Je le glisse rapidement dans mon dos, le maintenant cramponné à moi par la ceinture de mon pantalon après l'avoir rapidement mis en silencieux en restant appuyé sur le bouton pour abaisser le volume. Même pas 4 secondes après être sorti de ma cage, j'interpelle les deux armés.

- Euh... Excusez-moi madame... (Elle a l'air plus sympathique que l'autre) On ne devrait pas y aller ?

Ils sursautent au son de ma voix. Légèrement gênés, la femme sort et m'invite à partir par les escaliers. Je ne vois pas ce que devient l'autre homme.

Elle m'emmène jusqu'à une salle recouverte de carrelage, et me montre une porte. J'ai un peu de mal à comprendre.

- T'as pas envie, depuis tout ce temps ? Me demande-t-elle sérieusement. Moi je ne pourrais plus me retenir...

OK... Je suis tombé chez les fous, maintenant, c'est sûr. Je la fixe sans comprendre mais sans paraître largué pour autant. J'ouvre la porte et je vois qu'il s'agit des toilettes. Je reste planté deux secondes le bras le long du corps.

- Eh bien... Merci madame. Lui ai-je simplement sorti.

* * *

J'allume l'eau. J'en profite pour me passer un coup sur le visage, parce que je ressens vraiment l'impression d'être sale. Je relève les yeux sur le miroir, et lorsque je les ouvre, je la vois contre le mur, à me jauger du regard.


- "Qu'est-ce que tu fais Zincir ?"

J'ai un sauvage mouvement de recul. Je reprend mon souffle pour mieux me ressaisir.

- "Tu m'as fais peur ! Mais bon sang, qu'est-ce que tu faisais ? J'ai cru que tu avais disparu."

Je ressens toujours cette impression qu'elle veut me tuer.

- "On est chez les exorcistes, Zincir. Il faut partir. Arrête de faire l'enfant maintenant. On doit s'enfuir. Il y avait une force qui m'empêchait de rentrer en contact avec toi. Je ressentais juste un vide immense, et je ne voyais plus rien. C'était affreux, je me sentais en enfer. Ils vont nous tuer. Il faut que tu m'écoutes."

- On a pas toute la journée Zincir. Appelle la femme qui s'impatiente derrière la porte.

Je hoche la tête pour faire comprendre à la grise que j'ai bien pris en compte sa parole. Je ne cherche plus à penser bruyamment et je sors.

- Désolé, Madame. Ai-je dis simplement en faisant une petite moue.

Il est environ 17h30, de mémoire.

- Mademoiselle. Me coupe-t-elle un peu en retard.

- D'accord Madame.

Elle semble dépitée et reprend son chemin, limite en me plantant sur place. Je finis par la suivre.

- Sur ta gauche, une porte de sortie. Elle se rendra compte trop tard que tu n'es plus là. Me murmure dans ma tête mon parasite.

Je ne la prend pas en compte et je suis guidé jusqu'à une chambre. Limite collé dedans avec le fusil dans le dos, elle referme la porte et j'entend la serrure me condamner dans la pièce. Il y a toutefois une salle de bain. Il y a quatre caméras aussi. Je m'accroupis pour avoir l'air d'un débile, mais ceci reste justifié dans ma tête. Je sors les deux portables. Je parcours les contacts de celui que j'ai dérobé, en m'assurant que mes actions restent totalement improbables devant les caméras.

- "C'est quoi, ça ? Qu'est-ce que tu fais Zincir ?" Me demande-t-elle avec une légère énergie dans sa voix.

- "Fais-moi confiance pour une fois s'il te plaît." Lui ai-je répondu.

De tête, je retrouve le numéro d'Elias, Rolan, et je m'empare aussi d'un numéro nommé "Maman portable". Je les enregistre sur le mien, que je refourgue au plus profond de ma chaussure. Quant à l'autre téléphone, je l'éteins. Je me dirige vers la fenêtre.

- "Zincir, si tu le lances par la fenêtre, ce sera grillé. Laisse-le ailleurs." Me propose-t-elle intelligemment.

Elle marque un point. Je commence à me déshabiller, légèrement froissé d'être observé par les yeux froids de glaces en réseaux des caméras pour pouvoir me rafraîchir. Il y a même des vêtements propres.

* * *

Quinze minutes après, je suis prêt et frappe à la porte pour demander à sortir. On m'ouvre. Ce n'est plus la dame qui est là, mais un autre homme que je n'ai jamais vu. Je suis guidé jusqu'à d'autres bureaux. Je lâche le téléphone volé sur le premier tiroir ouvert. Je me sens plus léger sans cet objet.
avatar
Le Père des Exorcistes
Admin
Admin

Date d'inscription : 24/04/2015
Force : 54588
Age : 20
Messages : 39
Localisation : Russie

Carte d'identité
Nature:

Re: Mauvais augure

Message par Le Père des Exorcistes le Mer 27 Juil - 17:27

Le Père avait pour habitude de dîner tôt. C'était plus saint, et ça lui permettait d'avoir sa soirée pour travailler. Il avait fait dresser une table luxueuse dans un de ses salons privés. Il n'y aurait que Zincir et lui. Ca ne l'inquiétait que moyennement. Il pensait que ce gamin était intelligent. Et son parasite ... Elias était curieux de revoir la fille. Il attendait, un verre de Château La Mission Haut-Brion 2010 dans la main. Un vin à plus de 800€, ça se déguste. Il fut à peine perturbé par la porte qui s'ouvre et se ferme. Un vague sourire étira ses lèvres. Le jeu allait pouvoir commencer.

" ... Assied-toi. " laissa-t-il simplement tomber.

Le repas allait être servi. Les cuisines devaient déjà s'afférer au dressage des assiettes. Elias aimait imaginer le balais organisé de ses serviteurs. Il sirota une nouvelle gorgée de son bordeaux.

" Tu veux du vin ? "

Elias avait dans l'idée d'enrôler Zincir. Une âme perdue qui rompt les rangs, ça ferait surement du bruit chez Anje, et ça fausserait les statistiques de ce petit bouffon de Ky. Il allait lui donner tout ce qu'il demanderait, sur un plateau. Il avait eu cette idée lumineuse dans la nuit, entre deux pensées pour sa belle secrétaire. Oui vraiment, c'était diabolique. Encore plus que de le tenir prisonnier, ou que de le tuer. Parce que personne ne connaissait ce gosse. Donc sa mort serait juste un jeu. Rien de plus. Il fallait être plus malin, frapper plus fort. Oui. Il allait lui retourner le cerveau. Et pour cela, il espérait bien lui faire avaler quelques gorgées de son vin hors de prix ...
avatar
Zincir
Âme Perdue

Date d'inscription : 16/04/2016
Force : 5765
Age : 22
Messages : 24
Localisation : Varsovie

Carte d'identité
Nature: Âme Perdue

Re: Mauvais augure

Message par Zincir le Lun 12 Sep - 10:10

-Bonjour monsieur Elias.Ai-je dis en m'asseyant.
On me sert un vin noir comme le sang dans mon verre probablement en cristal qui vaudrait aussi cher que ma voiture.
Le père semble tellement heureux de me voir, c'est limite perturbant. En prenant en compte que tout ce qui se passe est évidemment perturbant ici. Ca l'est donc deux fois plus que le reste.

Je déglutis et ne me sert toujours pas du verre rempli du breuvage. Si je le bois, le contenu de mon estomac aurait une plus grande valeur que mon estomac lui-même au marché noir. C'est un peu dingue. En plus, je n'ai pas tellement envie d'honorer mon kidnappeur. C'est vrai ça! Il m'a séquestré avec un gamin. Un petit gamin!

-"Ne touche pas au vin, Zincir. Et méfie-toi de la nourriture." Me conseille la grise.
Elle ne fait que confirmer mes soupçons. Derrière Elias, un grand miroir traverse le mur, comme si ma place sert de place aux Âmes perdues, pour rester en liaison avec leur parasite. La mienne me fixe droit dans les yeux. Atablée à ma place.
Mon problème, c'est que j'ai faim. Vraiment faim. Mon dernier repas date de celui que j'ai pris dans l'avion.
Il y a du pain dans une panière à côté de moi. Sans quitter le père des yeux, je me sers et mange avec détachement et appétit le morceau. La bouche à moitié pleine, je lui demande:
-Mh, alors monsieur Elias, vous appréciez l'endroit? Vous voudriez me parler de quelque chose en particulier?J'avale ce que j'ai dans la bouche. Qu'est-ce que ca implique, votre rôle chez les exorcistes? Vous séquestrez souvent des gens et des enfants?
avatar
Le Père des Exorcistes
Admin
Admin

Date d'inscription : 24/04/2015
Force : 54588
Age : 20
Messages : 39
Localisation : Russie

Carte d'identité
Nature:

Re: Mauvais augure

Message par Le Père des Exorcistes le Jeu 15 Sep - 14:44

Le garçon avait ce même comportement faussement décontracté. Pourtant, il revenait de cellule. Elias ne pouvait plus jouer les gentils petits vieux. Il soupira doucement, observant le parasite qui jaugeait le vin d'un oeil peu amène. Il savait où il voulait emmener Zincir, mais pas encore comment il allait le faire.

" Tu peux rassurer la jeune femme. Je n'ai pas comme habitude d'empoisonner mes invités. "

Le garçon eut d'abord un air d'incompréhension, avant de sembler comprendre. Son visage fermé crispa le Père. Il aurait voulu savoir si sa révélation - il pouvait voir le parasite, lui aussi - avait fait son effet.

" Quant à ta question tout à fait justifiée, et bien... "

Il prit un temps de réflection. Non, il ne retenait pas grand monde. Généralement, les prisonniers mourraient assez vite. Et puis ce n'était pas comme si le centre avait beaucoup de salles de détention.

" Non, pas vraiment. "

Il préférait rester assez vague pour le moment. Ils auraient bien le temps d'y revenir.

" Tu dois avoir faim, n'est-ce pas ? Ce n'est pas un bol de soupe et un crouton de pain sec qui vont nourrir un grand gaillard comme toi ! Allons, tu dois manger. "

Au même moment, deux types armés poussèrent la porte, suivis par une farandole de marmitons et autres cuisiniers, eux mêmes suivis de serveurs en costumes blancs, portant de lourds plats d'argent. Elias grimaça. Il détestait l'argenterie. Il avait toujours trouvé que ça gâtait le goût des aliments. Mais au moins, le service envoyait de la poudre aux yeux ! Le cortège se plaça autour de la table en manège magique avec une synchronisation parfaite. A leur tour, deux majordomes rompirent les rangs, s'approchant respectivement des deux spectateurs.

" Monsieur, je suis à votre service pour la soirée. En entrée, je peux vous proposer une langue de veau en gelée et sa salade vinaigrée, ou des filets fins de rougets sur lit de lentilles sauce aigre douce. Nous avons également ... "

" Ca va, ça va. " coupa Elias. " Choisis, mon garçon. Si ça ne te plait pas, tu peux demander autre chose. On a de tout en cuisine. "

Le majordome d'Elias disposait savamment de la langue et du rouget dans l'assiette de son maître.

" Dis moi, pourquoi es-tu venu ici ? Personne ne t'a prévenu ? On ne t'a pas parlé des vilains Exorcistes et de leur base secrète ? "

Il avait dit ça sur un ton presque enjoué.
avatar
Zincir
Âme Perdue

Date d'inscription : 16/04/2016
Force : 5765
Age : 22
Messages : 24
Localisation : Varsovie

Carte d'identité
Nature: Âme Perdue

Re: Mauvais augure

Message par Zincir le Dim 25 Sep - 17:48

Ce n'est pas un repas. Ce ne sont pas des vacances.

-"... C'est une mission suicide, et tu dois te battre Zincir."Me murmure la grise.

Il est vrai que les tournures dans ma tête, dans mes yeux, viennent de prendre un virage à 90 degrés. C'est la merde. Et pas qu'un peu. Il a tiré juste dans l'angle mort dans lequel se cachait mon atout secret.

Je réalise que je lui lance un regard belliqueux alors que j'interrompt tout de suite pour me pencher vers l'homme qui passe à proximité. Je lui chuchote, l'air faussement gêné :
-Je n'aime pas le poisson.

J'observe l'espèce de flan répugnant dans l'assiette d'Elias, je souris à la place de grimacer. Il me répond tranquillement qu'il n'y a pas que ça dans son assiette. Je lui fais un non de la tête.
- Je ne vais pas manger ça non plus.

- "Reconcentrons-nous Zincir. Il faut fait quelque chose. Maintenant. Il sait que l'on est une âme perdue, il va nous tuer.Me rappelle-t-elle à l'ordre.

L'homme à côté de moi remarque mon absence. Il a probablement essayé de me parler et je ne lui ai pas répondu. Il attend quelque chose de moi.
- Ecoutez, honnêtement je ne suis pas certain de manger quelque chose de votre provenance. Je suis une âme perdue, vous n'avez pas entendu votre patron ? Ai-je repris un peu froidement, sans le faire exprès.

Il me laisse. je crois. Je fixe Elias dans les yeux. Je le transperce, comme si le croisement direct de son regard constitue la chose la plus sensée à faire. On est en face à face. Homme contre Homme. Limite à égalité. Il faut jouer carte sur table à présent.

- Elle s'appelle Tali. Nous sommes là pour elle. Je suppose que le père de Selène le savait très bien en m'envoyant à vous. Après tout ce que j'ai lu sur vous, j'aurais déjà été abattu.

Je ne mâche pas mes mots et je crois qu'il risque d'avaler son verre de travers, de loin, car cette table est gigantesque.

- "Tali ? Mais qu'est-ce que tu racontes, de qui tu te fous Zincir, je ne te permet pas de dire que je m'appelle Tali... ~zbouerfbhararagargarmagnagnagna~ Me parait il comprendre instantanément dans mon esprit.

-Mais je suis encore en vie alors que j'ai été envoyé face à vous. Tout ceci fait sûrement partie d'un schéma tactique qui me dépasse largement dans mon esprit. Mais je sais que je suis une pièce du puzzle. Et le fait d'en avoir conscience me donne du pouvoir, Monsieur Elias. Je représente une énigme pour vous. Je pourrais très bien vous filer entre les doigts. Je n'ai pas peur de vous Elias.

Mon ton n'a plus rien de mélodieux. Je livre un combat. Je ne sais pas comment il va prévoir de réagir. Mais là, il est forcément contrarié. A son tour d'attaquer.
avatar
Le Père des Exorcistes
Admin
Admin

Date d'inscription : 24/04/2015
Force : 54588
Age : 20
Messages : 39
Localisation : Russie

Carte d'identité
Nature:

Re: Mauvais augure

Message par Le Père des Exorcistes le Jeu 24 Nov - 19:37

Elias gardait son verre scotché à ses lèvres, les yeux fixés droits vers le gosse. C'était un jeu dangereux qu'il jouait, et il le faisait pourtant avec courage. Elias voyait la parasite se débattre et grogner. La frustration de ne pas entendre le crispait un peu. Doucement, il finit par avaler sa gorger, et encore plus lentement, laissa descendre son bras pour reposer le verre sur la table. Le pied émit un léger tintement en se cognant sur le bois. Il prit une profonde inspiration faisant relever ses sourcils.

" Oui... Tu as raisons, Zincir, j'ai des plans pour toi. " souffla-t-il d'une voix retenue.

Pouvait-il vraiment parler ainsi ? Etait-ce réellement nécessaire de lui donner une raison de plus de se sentir en force ? Après tout il ne risquait pas vraiment grand chose, il gardait la maitrise de la situation, et un droit de vie ou de mort sur le garçon. Alors pourquoi pas.

" Je voudrais ... Disons, travailler avec toi. Qu'en dis-tu ? Je te laisse la vie sauve, et en échange tu espionnes pour moi. J'ai toujours été curieux de voir comment un ins... une âme perdue se débrouillerait parmi nous. "

Au même moment, un homme en noir entra, portant une assiette contenant une côte de boeuf fumante, qu'il déposa devant Zincir sans un mot, avant de repartir.

" Il y a cette organisation, l'Alliance, des petits grouillots dans ton genre qui se font justice sur notre dos. Tu sais, les petits gars comme toi, on les tue rapidement. J'ai fait une exception pour toi parce que ... "

Il se tût. Il avait faillit le dire. Qu'il n'arrivait pas à lire en lui. Cette information était trop précieuse pour la révéler, et cette erreur lui fit plisser les yeux. Il tenta de reprendre le cours de ses pensées rapidement.

" ... Tu avais l'air intéressant. "

Anje ne s'attendrait pas à ça. Le dégout que lui inspiraient les âmes était trop fort pour que quiconque au siège de l'Alliance ne puisse ne serait-ce que supposer un tel traquenard. Oui, le plan était parfait, si tant était que ce sale gosse accepte. Il fallait l'amadouer.

" Je te l'ai dit dès le départ. Tu es mon invité, tu peux quitter cet endroit à tout moment. "

Il haussa les épaules et ajouta en marmonnant:

" Je ne garantis seulement pas que tu sortes vivant ... "


Dernière édition par Le Père des Exorcistes le Sam 18 Fév - 1:52, édité 1 fois
avatar
Zincir
Âme Perdue

Date d'inscription : 16/04/2016
Force : 5765
Age : 22
Messages : 24
Localisation : Varsovie

Carte d'identité
Nature: Âme Perdue

Re: Mauvais augure

Message par Zincir le Lun 30 Jan - 21:04

Vraiment, je ne sais pas ce qui m'ennuie le plus entre Elias qui menace de me tuer, le fait que Tali me déconcentre de mécontentement de son nouveau prénom, et le fait que... Bon sang, ils ont quand même emmené un truc à manger.

- "Bon sang mais Zincir, tu m'écoutes au moins ? On va mourir !"

Finalement, elle n'était pas entrain de gémir de mécontentement, mais de peur. J'essaye de rester stoïque.

- Vous savez, j'ai un peu peur que mon angle alpha vous contrarie si je me plie à vos exigence. Voyez-vous, je sais ce que je peux vous apporter, mais vous ne savez pas quel dessein j'ai envie de servir, qu'est-ce que je veux de vous et quelle confiance je peux me permettre de vous accorder.

Je saisis le couteau à viande. Je le lève comme une lance sur la table.

- "Ne dis pas de conneries Zincir, je t'en supplie. Tu es trop instable." Me prévient Tali.

- "Ecoute poupée, je peux t'assurer que si tu ne veux pas mourir, tu as intérêt à la fermer pour ne pas me déranger d'avantage. Je suis entrain de négocier avec le monsieur actuellement. Alors j'ai besoin de me concentrer." Ai-je pensé pour qu'elle se calme.

- Je ne suis pas certain que vous pourriez me tuer si je m'enfuyais. Sachez-le bien. Je marque une pause. Je veux que mes souvenirs restent intactes. Je veux qu'elle parte, qu'elle trouve le repos, et ensuite, je veux disparaître. Et dans ma quête, je veux que vous soyez mon guide. Ai-je proposé de façon tout à fait raisonnable.

J'emmène ma main droite sous la table et range le couteau dans ma ceinture. Tali ne suit pas le mouvement du regard. Je me lève. Je m'avance vers lui pour lui tendre ma main droite.

- Je vais espionner l'Alliance à ce prix-là.
avatar
Le Père des Exorcistes
Admin
Admin

Date d'inscription : 24/04/2015
Force : 54588
Age : 20
Messages : 39
Localisation : Russie

Carte d'identité
Nature:

Re: Mauvais augure

Message par Le Père des Exorcistes le Sam 18 Fév - 2:09

Voyons bon. Le voilà ramassant une arme ! Ce garçon était soit insensé, soit au contraire très sur de lui. Mais une seconde ? Ne venait-il pas d'accepter ? Elias étira un sourire satisfait. Le minot voulait que ses souvenirs "restent intacts" en monnaie d'échange. Il n'avait pas dû bien écouter le discours de Ky. Tant mieux, cependant, car cela donnait au Père un avantage: il pouvait promettre sans se mouiller. A moins que... il verrait. Pour l'instant, il devait s'assurer de garder ce coup d'avance dans un coin de sa poche. Il regarda Zincir lui tendre la main et hésita. Il n'était pas certain de souhaiter ce contact physique.

"Hm. Je vois."

Laissa-t-il simplement tomber. Et sans prendre la main du jeune garçon, il s'en retourna a son assiette et s'affaira a couper un morceau de poisson.

"Je pense que ton prix est raisonnable. Je peux faire ça pour toi. Tes... souvenirs. J'ai un moyen pour toi de les conserver. Et on va s'occuper de cette bestiole qui s'accroche a ton âme. Je ne suis pas inquiet, Anje Igelstörm saura quoi faire. C'est elle que tu dois trouver, et amadouer. C'est la cheffe de l'Alliance. Tu te sens capable de faire ça ?"

Encore une fois, la porte s'ouvrit. Cette fois, c'est Adrianne qui apparut, dans un tailleurs blanc trop serré. Elle s'approcha, le nez plongé dans sa tablette, une tasse de café à la main.

"Monsieur, j'ai besoin de votre signature pour un important transfert de fonds. Monsieur Pout..."

Elle releva les yeux, croisa le regard de l'invité.

"Oh. Ça peut attendre."

Et elle s'en retourna d'où elle était venue. Elias battit un instant des paupières pour finalement reporter son attention sur Zincir.

"Que... Ta réponse, alors ?"

Il tenta de faire abstraction de l'entrée de sa secrétaire pour rattraper le fil de ses pensées.

HRP:
Salut Zincir !

Je pense que notre aventure va bientôt prendre fin ... Ta réponse sera surement ton dernier post. Le choix reste entre tes mains, continuer ou non dans mon sens ! A toi de peser les pours et contres...

Comme cadeau d'au revoir je te donne cependant un petit conseil... Mange un morceau. Tu risques de faiblir sinon, et tu vas avoir besoin de forces pour la suite ! Profite en, tant que tu n'es pas en territoire ennemi ...
avatar
Zincir
Âme Perdue

Date d'inscription : 16/04/2016
Force : 5765
Age : 22
Messages : 24
Localisation : Varsovie

Carte d'identité
Nature: Âme Perdue

Re: Mauvais augure

Message par Zincir le Sam 6 Mai - 15:23

La fumée emplit mes narines et cache cette odeur de poisson stagnant. Mon coeur s'accélère. Je suis tellement proche de lui...

Et si... J'ai l'occasion de...


Le tuer.


Tali ne dit rien, je sens la tension palpable entre nos deux esprits. Justice et folie, ou contrôle et patience?... Mes poils se hérissent sur mes bras.

Je me reprend subitement lorsque je me rend compte que je le fixe avec un regard de tueur depuis plus de cinq secondes.

Je relâche les muscles de mon corps. Retour à un comportement normal. J'avale ma salive.

- Très bien. J'attend vos directives Elias. Me suis-je furtivement permis. Je serais votre scalpel.
Je me rassois sur ma chaise et pose bruyamment le couteau sur la table. Je commence à manger cette nourriture trop curieuse pour mon palais. Je ne sais même pas si la couleur de cette bouffe est rouge ou verte.

Tali reste silencieuse. Je me sens seul esprit pour la première fois depuis très longtemps.
_______________________________________________________

Je ne prend même pas la peine de fermer la porte de la chambre.
Le père m'a dit quoi faire. Je vais bientôt partir à l'aventure dans l'alliance.

- "Qu'est ce qui t'a pris tout à l'heure Zincir ? J'ai cru que tu allais perdre ton sang-froid... Tu m'as vraiment fait peur. " Me demande la grise.

- "Je ne pense pas être prêt à tuer un homme, je ne pense pas être prêt à mourir non plus. Faisons la mission, Tali, et réglons nos problèmes une bonne fois pour toute."

Je me déplace jusqu'au miroir pour la fixer dans les yeux.

- "Ne m'appelle pas Tali." Me demande-t-elle simplement, sans émotions.

- "Il peut nous être utile. Je sais que je joue avec le feu. Il magouille avec de grandes puissances. Je suis certain que la femme tout à l'heure parlait de Poutine. Les Exorcistes semblent beaucoup plus gros que prévus."

- "Et au sujet de Ky ?" Me rappelle-t-elle ?

- "Quelle importance ? Je pense que nous n'aurons plus jamais à faire à lui, ou elle." Ai-je pensé en m'éloignant du miroir. Ou bien seulement une dernière fois. Une fois décisive... Ai-je dis à voix haute.

Contenu sponsorisé

Re: Mauvais augure

Message par Contenu sponsorisé

  • Poster un nouveau sujet
  • Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

La date/heure actuelle est Jeu 19 Oct - 20:01